La violence d'un fils envers sa mère

Le palais de justice de Gatineau... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le palais de justice de Gatineau

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un fils s'est reconnu coupable d'avoir giflé sa mère, deux ans après les faits, et seulement après avoir entendu le difficile témoignage de la femme ébranlée devant la cour.

Les victimes d'actes criminels doivent souvent puiser dans tout ce qu'ils ont de courage pour témoigner en présence de leur agresseur présumé.

Lundi, un fils - dont nous tairons le nom pour protéger l'identité de la victime - a écouté le difficile témoignage de sa mère, même s'il savait ce qu'il avait fait. Frêle, la voix chambranlante, la mère a expliqué que son fils consommait de la drogue et qu'il avait changé depuis sa récente séparation.

Le fils avait temporairement emménagé avec sa mère après s'être trouvé un emploi. Heureuse de la situation, elle lui a payé de nouvelles bottes de travail et a fait une course à l'épicerie pour lui acheter nourriture et cigarettes, question de lui donner un nouvel élan.

« Je me suis fait réveiller dans ma chaise berçante par des claques dans la face, a-t-elle répété à la juge Anouck Desaulniers, au palais de justice de Gatineau. Ce n'est pas vrai que mon gars va faire la même chose que son père », a laissé tomber la femme.

Invité à témoigner à son tour, le fils dans la quarantaine a enfin avoué. « J'y ai donné une claque. Je n'aurais pas dû faire ça. »

La juge a demandé à l'accusé pourquoi il n'était passé aux aveux qu'en après-midi. « On aurait pu éviter à votre mère qu'elle vienne (témoigner). »

« C'était peut-être bon qu'elle vienne », a répliqué l'accusé, sans visiblement convaincre la magistrate.

Le fils, qui n'a pas d'antécédent judiciaire, tentera d'obtenir une absolution de la cour, ce qui lui permettrait de garder une cote de sécurité afin de pouvoir poursuivre ses activités professionnelles dans des bâtiments fédéraux.

La sentence sera rendue plus tard au printemps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer