Marc Leduc coupable deux fois de meurtre

Marc Leduc... (Courtoisie)

Agrandir

Marc Leduc

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marc Leduc est officiellement un meurtrier sadique. Le jury qui a entendu sa cause a rendu sa décision jeudi au palais de justice d'Ottawa.

Le sexagénaire a bel et bien prémédité les meurtres de deux femmes, en 2008 et en 2011. Il passera le reste de sa vie en prison, sans pouvoir demander de libération conditionnelle avant 25 ans.

«Coupable.»

Le président du jury l'a répété à deux reprises.

La première pour le meurtre de Pamela Kosmack, retrouvée sans vie près d'une piste cyclable du quartier Lincoln Heights en 2008. La deuxième pour celui de Leanne Lawson, dont le cadavre a été découvert dans un stationnement de la Basse-Ville d'Ottawa en 2011.

Les familles des victimes n'ont pu s'empêcher d'applaudir dans la salle de cour, brisant le décorum pendant quelques secondes.

Les deux victimes, des travailleuses du sexe toxicomanes, ont été violées et étranglées.

L'autopsie pratiquée sur l'une d'elles a révélé un sac de plastique dans la gorge. L'autre avait une branche d'arbre en elle.

Le dégoût d'un juge

«Je ne peux qu'exprimer mon écoeurement», a dit le juge Hugh McLean au meurtrier condamné, après le verdict du jury. «L'horreur que vous avez fait subir à ces personnes très, très vulnérables... Il n'y a vraiment pas de mot que je puisse dire pour exprimer mon dégoût.»

L'accusé Leduc n'a rien dit de l'après-midi, sauf un faible «non» lorsque le magistrat lui a demandé s'il avait quelque chose à dire.

Le frère de Pamela Kosmack, Jeff, s'est affalé sur le lutrin tenant la feuille de papier sur laquelle il avait décrit les impacts de ce drame sur sa vie. En voulant prononcer ce qui semblait être «que justice soit...», le frère de Mme Kosmack a flanché, puis, étouffé par les sanglots, a été incapable de poursuivre. Il a terminé en jurant à sa défunte soeur qu'il allait protéger les deux enfants de celle-ci.

La mère de Leanne Lawson, Cindy Lawson, s'est présentée par la suite, la tête haute, au même lutrin. «Je suis devant toi (Marc Leduc). Peut-être que Jésus va te pardonner.»

La mère éplorée s'est rappelé le jour où elle a ouvert la porte aux deux policiers d'Ottawa venus lui annoncer le décès de sa fille. Puis elle est revenue avec Jésus. «Peut-être va-t-il te libérer. Il ne va pas te battre.»

Après ces quelques mots, elle est retournée vers sa famille dans la salle d'audience, en s'assurant de regarder Marc Leduc dans les yeux au passage.

Marc Leduc avait été démasqué alors qu'il se trouvait déjà en prison pour l'agression sexuelle d'une troisième jeune femme, pour laquelle il avait plaidé coupable en mars 2015.

Lors de l'agression, survenue à l'automne 2012, il avait tenté d'étrangler sa victime, qui avait fait la morte pour survivre.

L'ADN de l'accusé, retrouvé sur toutes les scènes de crime, a joué en la faveur de la Couronne.

Un homme atteint par balles dans un état grave

Un homme de 28 ans atteint par balles dans la nuit de mercredi à jeudi est dans un état grave, mais stable.

L'incident survenu à l'intersection du boulevard St-Joseph et de la rue St-Pierre, dans l'est d'Ottawa. Les paramédics ont indiqué y avoir traité une victime souffrant de nombreuses blessures vers 1h40. L'homme a reçu plusieurs projectiles.

Les policiers ont quant à eux mentionné que les coups de feu ont été tirés quelque part sur St-Joseph, près des numéros 2700.

On a craint pour sa vie jusqu'en milieu de journée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer