Louati coupable d'homicide involontaire

Mourad Louati avait poignardé Sheldon O'Grady à huit... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Mourad Louati avait poignardé Sheldon O'Grady à huit reprises en janvier 2013.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Acquitté du meurtre non prémédité de Sheldon O'Grady, Mourad Louati a semblé s'accommoder du verdict d'homicide involontaire retenu par le jury au terme de son procès, mercredi, au palais de justice de Gatineau.

Sheldon O'Grady... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Sheldon O'Grady

Courtoisie

De l'autre côté de la salle, la mère du jeune O'Grady, tremblante, tentait de retenir ses émotions.

Les 12 jurés ont rejeté la thèse de la Couronne, selon laquelle Mourad Louati a intentionnellement provoqué la mort de son rival de 18 ans, dans la nuit du 5 janvier 2013, à l'extérieur de l'ancien bar Addiction, sur la promenade du Portage, dans le Vieux-Hull.

Sheldon O'Grady a été atteint de huit coups de couteau. L'accusé, aujourd'hui âgé de 22 ans, a admis avoir donné des coups de couteau à M. O'Grady, mais a affirmé qu'il l'avait fait pour se défendre, alors qu'il était entouré de cinq ou six adversaires.

«C'est une grosse victoire pour Mourad, a commenté l'un des deux avocats de la défense, Pierre-Olivier Lemieux. Mourad n'a jamais eu l'intention du tuer M. O'Grady.»

Devant la salle, le président du jury a prononcé «non coupable» sur le chef de meurtre non prémédité. Il a répondu «coupable» sur celui d'homicide involontaire.

Dans le box, l'accusé Louati a regardé sa mère avec un visage exprimant une satisfaction mitigée, comme s'il s'agissait d'une sorte de bon compromis.

Certains membres de la famille du jeune O'Grady étaient visiblement déçus de la décision. Les proches de la victime n'ont pas voulu commenter publiquement pour le moment.

La procureure de la Couronne, Me Diane Legault, n'a pas commenté le dossier, à sa sortie de la cour.

La date des représentations sur la peine sera décidée jeudi.

L'homicide involontaire est passible d'une peine de détention à perpétuité, mais le Code criminel ne prévoit pas de minimum requis avant de faire une demande à la Commission des libérations conditionnelles. 

Mourad Louati a passé un peu plus de trois ans (38 mois) en détention préventive. Si l'accusé obtient un crédit à temps et demi pour la détention préventive, il aurait théoriquement purgé 57 mois à ce jour.

Depuis sa mise en détention préventive, Louati a passé beaucoup de temps en confinement solitaire. La défense prévoit demander une évaluation psychiatrique dans la cadre de ses représentations sur la peine. De l'aveu même de la défense, M. Louati «a eu de la difficulté à gérer ses émotions» pendant son procès, ce qui a mis à l'épreuve la patience de la juge Catherine Mandeville.

Des bagarres à l'intérieur du bar

Mourad Louati et Sheldon O'Grady ont eu une première empoignade à l'intérieur du bar, la nuit du 5 janvier 2013. À la suite de leur expulsion, les deux jeunes ont repris les hostilités à l'extérieur. Mourad Louati, selon la défense, s'est retrouvé seul et entouré par le groupe de M. O'Grady. Des témoins ont raconté au tribunal avoir vu l'accusé donner des coups à l'abdomen de la victime, avant que celle-cil ne tombe au sol, dans une marre de sang.

Le suspect a pris la fuite, mais s'est rendu aux policiers de Gatineau quelques heures plus tard.

Me Lemieux et Me Joseph Addelman, qui représentent Mourad Louati, ont maintenu une thèse de la légitime défense, devant le jury. La Couronne a pour sa part affirmé que M. Louati savait ce qu'il faisait lorsqu'il a asséné huit coups de couteau à son rival.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer