Meurtre de Jagtar Gill: le suspect a mordu à l'hameçon de la police

Bhupinderpal Gill, âgé de 38 ans et d'Ottawa,... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Bhupinderpal Gill, âgé de 38 ans et d'Ottawa, est inculpé de meurtre au premier degré.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une barre de métal ensanglantée ressemble à une autre barre de métal ensanglantée... C'est ce qu'ont compris les policiers d'Ottawa, en faisant mordre un suspect à leur hameçon, en 2014, dans leur enquête sur le meurtre de Jagtar Gill.

La femme de 43 ans a été assassinée à l'arme blanche dans sa résidence du secteur de Barrhaven, le 29 janvier 2014. Son mari Bhupinderpal Gill, chauffeur d'autobus chez OC Transpo, avait pour maîtresse alléguée sa collègue de travail Gurpreet Ronald. Selon la Couronne, il semble que le couple a voulu se débarrasser de la quadragénaire.

La victime a été battue. Sa gorge et ses poignets ont été coupés.

Mercredi, la constable Julie Dobler, spécialiste en identité judiciaire de la police d'Ottawa, a expliqué au tribunal que son équipe avait ratissé toute la maison où s'était produit le crime. La victime a été découverte par sa fille au rez-de-chaussée, mais les enquêteurs ont poussé leurs recherches jusqu'au sous-sol.

C'est là, à leur grande surprise, qu'une barre de métal servant à soulever des haltères a été découverte dans une boîte contenant un sapin de Noël artificiel. La barre était ensanglantée. Selon les expertises, il s'agit du sang de la victime.

Les policiers, a expliqué la témoin de la Couronne, ont retiré et saisi cette barre. Ils l'ont remplacée par le même genre de barre métallique, en l'enduisant de sang d'agneau, pour imiter l'originale. La «copie» a été replacée dans la boîte comme s'il s'agissait de l'original.

Un peu plus tard, les enquêteurs ont obtenu un mandat pour installer une caméra de surveillance dans le sous-sol. La résidence a été perquisitionnée pendant neuf jours.

Lorsque M. Gill a pu réintégrer sa maison, la caméra l'a filmé à trois reprises au sous-sol, soit les 6, 8 et 9 février 2014, en train de regarder la barre de métal. Le dernier jour, M. Gill a pris la «copie», pour la faire disparaître dans un boisé.

La constable Julie Dobler a ajouté que de l'ADN de Gurpreet Ronald a été découvert partout dans la maison de la victime. Son ADN et celui de la victime ont été extraits d'un gant de plastique. Le couple a été arrêté en avril 2014. À l'époque, l'homme avait assisté, libre, à la comparution de sa présumée amante, arrêtée plus tôt. Bhupinderpal Gill a été arrêté et accusé quelques jours plus tard. Les deux sont accusés de meurtre avec préméditation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer