La Couronne clôt sa preuve dans le procès Louati

Mourad Louati, principal suspect dans le meurtre de... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Mourad Louati, principal suspect dans le meurtre de Sheldon O'Grady, en janvier 2013, à la sortie de l'ancien bar Addiction

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bien qu'agressif, Mourad Louati était entouré de «cinq ou six personnes» lorsqu'il a semblé donner des coups de couteau à l'abdomen de sa victime présumée, Shledon O'Grady. La bagarre mortelle, survenue après leur expulsion de l'ancien bar Addiction, s'est déroulée sur une trame à caractère racial, selon ce qui a été entendu mardi, dans le cadre du procès de M. Louati.

Les insultes haineuses auraient été lancées de part et d'autre, dans la nuit du 4 au 5 janvier 2013.

Un échange de mots et de coups a fusé de toutes parts avant que Sheldon O'Grady reçoive «deux ou trois» coups de couteau à l'abdomen, ont témoigné des clients et des portiers de l'endroit, tout au long du procès.

Le procureur de la Couronne, MPierre Desrosiers, a clos sa preuve. De leur côté, les avocats de la défense, Me Joseph Addelman et Me Pierre-Olivier Lemieux, ont fait savoir qu'ils n'entendaient pas déposer de preuve. Leur client ne prendra donc pas la parole pour livrer sa version des faits.

Le ministère public accuse Mourad Louati de meurtre au deuxième degré (non prémédité).

Dans la journée de mardi, Me Addelman a insisté sur la version du dernier témoin, qui a affirmé avoir vu M. Louati être entouré de cinq ou six personnes avant que M. O'Grady tombe au sol.

Un peu plus tôt, ce même témoin, Stephan Lozo avait décrit la scène finale, dans laquelle le plus grand belligérant, Mourad Louati, aurait asséné deux ou trois coups de couteau à M. O'Grady. Deux bagarres, entrecoupées d'une certaine accalmie, ont éclaté. C'est lors de la deuxième bagarre impliquant plusieurs personnes que le pire s'est produit.

«Il y a eu des insultes raciales entre le gars avec la couette (un ami présumé de la victime) et l'accusé, a décrit M. Lozo. La bagarre dans la rue a cessé et [Mourad Louati] a dit de revenir. Il était déterminé. Il voulait continuer.»

Selon le témoin de la Couronne, le groupe de Sheldon O'Grady a voulu revenir dans le bar, mais les problèmes ont recommencé, selon les observations du dernier témoin.

«Les deux Arabes (M. Louati et un ami) ont repris les insultes. Le gars avec une couette avait une ceinture dans la main. Il y avait trois ou quatre personnes contre deux, dans un gros tas... Beaucoup de personnes, et tu voyais des ceintures frapper...» Plus tard, il a été question de «cinq ou six personnes» entourant l'accusé.

Louati, plus grand que tous les autres, était bien visible, selon M. Lozo. «[L'accusé] a pris l'épaule (de Sheldon O'Grady) avec sa main gauche... Je n'ai pas vu l'arme du crime, mais j'ai vu donner trois ou quatre coups dans l'abdomen. J'ai vu le corps tomber.»

Le témoin, client de l'ancien bar Addiction, a indiqué que les coups étaient «assez rapides».

En contre-interrogatoire, l'avocat de la défense, Pierre-Olivier Lemieux, a soulevé les différences entre le témoignage livré mardi devant jury et la version livrée lors de l'enquête préliminaire de 2014. Selon la défense, le témoin avait dit à l'époque, contrairement à mardi, que «l'homme avec la queue de cheval» lui avait parlé quelques instants, ce qui l'avait quelque peu distrait pendant qu'il observait l'échauffourée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer