Six mois pour détention de porno juvénile

Avec le système de deuxième génération, la moyenne... (Archives La Presse, David Boily)

Agrandir

Avec le système de deuxième génération, la moyenne de paiements en trop était de 861 $ entre mai et août 2015, une diminution par rapport à la moyenne de 957 $ pendant la même période en 2014.

Archives La Presse, David Boily

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une peine de six mois de détention a été prononcée à l'endroit d'un Gatinois de 24 ans qui s'est reconnu coupable de possession de matériel pornographique juvénile, mardi.

Vincent Plouffe a enregistré son plaidoyer sur une infraction sommaire, au palais de justice de Gatineau. Sur 231 photos originales, considérées comme de la pornographie juvénile, certaines mettaient en scène des enfants et des poupons. De 10 à 20% des photos étaient de la pornographie impliquant de jeunes enfants.

Les faits se sont produits entre les mois de mars et octobre 2014. La compagnie de stockage privée, qui abritait les photos malgré elle, a alerté les autorités lorsqu'elle a remarqué le contenu indésirable qu'elle hébergeait.

En 2014, la peine minimale pour ce type d'infraction était de 90 jours. M. Plouffe a collaboré à l'enquête, et a complété une thérapie, a fait valoir l'avocat du jeune homme, Jean-François Benoit.

Une période de probation de deux ans s'ajoute à la peine. M. Plouffe ne pourra fréquenter de parcs ou occuper un emploi où peuvent se trouver des jeunes de moins de 18 ans.

L'utilisation d'Internet ne pourra se faire que dans le cadre de ses études ou de son travail. Il devra fournir un échantillon d'ADN et s'inscrire au registre des délinquants sexuels pour une période de 10 ans.

La juge Rosemarie Millar  a entériné la proposition commune de la Couronne et de la défense.

Archidiocèse d'Ottawa: au moins 41 victimes d'abus

Plus d'une quarantaine de personnes auraient été victimes d'abus sexuels de la part de membres du clergé de l'archidiocèse d'Ottawa dans la seconde moitié du XXe siècle.

Le diocèse n'a révélé aucune information concernant le nombre total de victimes, mais selon une enquête menée par le quotidien Ottawa Citizen, au moins 41 personnes auraient été concernées.

La même analyse révèle que 11 prêtres ont été reliés à des situations d'abus sexuel, dont trois qui n'ont jusqu'alors jamais été signalées. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer