Une enseignante accusée d'avoir eu une relation sexuelle avec un de ses élèves

L'enquête a révélé que la relation entre Jessica... (Facebook)

Agrandir

L'enquête a révélé que la relation entre Jessica Beraldin et son élève a débuté lorsque l'enseignante agissait dans le cadre de ses fonctions professionnelles.

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une enseignante d'Ottawa est accusée d'avoir eu des relations sexuelles avec un de ses élèves, avec qui elle aurait entretenu des contacts douteux pendant presque deux ans.

La police d'Ottawa a fait savoir vendredi que Jessica Beraldin, 30 ans, est accusée d'agression sexuelle, d'exploitation sexuelle et d'avoir rendu accessible du matériel sexuellement explicite à un enfant. Les faits reprochés se sont produits entre le 5 juillet 2014 et jeudi dernier.

La femme à l'emploi du Ottawa Catholic School Board enseignait à l'école Mother Teresa, à Barrhaven, en 7e et en 8e année. Le conseil scolaire anglophone l'a suspendue en attendant que tout le processus judiciaire soit terminé.

Mme Beraldin a obtenu son diplôme en arts de l'Université Carleton en 2009 et son baccalauréat en enseignement de l'Université d'Ottawa en 2010.

Selon le site Internet de l'Ordre des enseignant(e)s de l'Ontario, elle a obtenu les qualifications pour enseigner le français langue seconde et la religion. Elle a obtenu son certificat de qualification et d'inscription en règle le 15 juin 2010.

Mme Beraldin a comparu, détenue, vendredi. Elle a été libérée moyennant une caution de 1000$. Elle s'est engagée à ne pas communiquer avec la victime alléguée ni à fréquenter son école. 

Selon l'enquête, la relation entre le garçon et l'enseignante a débuté alors que celle-ci était en fonction.

Les policiers craignent que la femme ait fait d'autres victimes.

Selon les documents de la cour, entre le 5 juillet 2014 et le 31 mars dernier, Jessica Beraldin a agressé sexuellement la jeune victime, et invité celle-ci à la toucher, contrevenant ainsi à l'article 153 sur l'exploitation sexuelle. Une peine minimale de 45 jours et un maximum de 10 ans sont prévus pour ce crime.

Les chefs d'accusation soulignent que les faits reprochés se sont produits entre une personne en autorité et un mineur. 

Les deux autres accusations sont celles de distribution de matériel pornographique à un mineur et agression sexuelle d'un mineur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer