Dédommagement pour une femme qui a voulu interrompre une bagarre

Le juge a tranché que Danika D'Amour-Cloutier devait... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le juge a tranché que Danika D'Amour-Cloutier devait recevoir 23 890$ de la part des deux belligérants, Michael De Sousa et Alexandre Silva.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Une femme blessée sérieusement en tentant de séparer deux hommes qui se battaient recevra près de 24 000 $ des belligérants, a tranché la Cour du Québec à Gatineau.

C'est lors d'une fin de soirée chez un ami que Danika D'Amour-Cloutier a voulu séparer deux connaissances, Michael De Sousa et Alexandre Silva. Les trois, ainsi que d'autres amis, s'étaient retrouvés chez M. De Sousa.

Ce dernier a voulu, à un certain moment, faire sortir les gens de sa résidence, ce qui semble avoir irrité des convives. Une première empoignade, sans coups, est survenue. «Mme D'Amour-Cloutier leur demande de ne pas agir ainsi, car c'est le jour de son anniversaire», résume le juge Serge Laurin dans sa décision rendue au début du mois de mars.

«Puis, les deux hommes se recroisent du regard à nouveau, une bouteille de bière vide est lancée, une engueulade et une bagarre éclatent.

«Ils se rejoignent au centre du salon, face au cinéma maison. Mme D'Amour-Cloutier tente de les séparer. Monsieur De Sousa essaie de frapper monsieur Silva sans y parvenir et ils tombent sur la table du salon en verre qui se brise. De son côté, Mme D'Amour-Cloutier tombe, face première, sur les haut-parleurs du cinéma maison.»

La femme a perdu connaissance et subi de nombreuses blessures, ainsi que des chirurgies. Elle a dit avoir encore des séquelles de cet événement. Le tribunal, dans son analyse de la prise de risques de la femme à séparer les deux hommes, rappelle des causes judiciaires ayant fait les manchettes ces dernières années, en Outaouais.

«Il est de notoriété publique, dans notre district, qu'une personne peut perdre la vie après n'avoir reçu qu'un seul coup de poing. Cela a été le cas lors d'une altercation à l'extérieur d'un bar dans le secteur Gatineau. La bagarre s'est terminée par la mort d'un des belligérants qui n'a reçu qu'un seul coup de poing. Plus récemment, dans le secteur Aylmer à proximité d'une épicerie, une altercation au sujet d'une citrouille s'est soldée par la mort de l'un des deux belligérants qui n'a reçu qu'un seul coup de poing. Cela justifie d'autant plus les risques pris par Mme D'Amour-Cloutier.»

Acceptabilité des risques 

De leur côté, les deux défendeurs ont invoqué son acceptation des risques lorsqu'elle a tenté de les séparer au moment de l'altercation.

Au bout du compte, la femme n'avait pas à subir ce type de blessure alors qu'elle tentait de mettre fin à une scène de violence, selon le juge.

«La faute n'a pas besoin d'être intentionnelle pour entraîner la responsabilité des défendeurs», a tranché le juge.

Danika D'Amour-Cloutier, qui demandait 59 932 $ aux deux hommes, recevra finalement 23 890 $ de ces derniers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer