Ex-moniteur d'un camp à Quyon accusé d'agression sexuelle

David-Francis Bursey réside aujourd'hui en Alberta. L'ex-moniteur pourrait...

Agrandir

David-Francis Bursey réside aujourd'hui en Alberta. L'ex-moniteur pourrait avoir fait d'autres victimes, selon ce qu'a appris LeDroit.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un militaire et ancien moniteur d'un camp Tim Hortons vient d'être accusé d'agression sexuelle sur au moins deux garçons depuis 2005, en Outaouais. Le suspect, qui réside aujourd'hui en Alberta, pourrait avoir fait d'autres victimes, selon ce qu'a appris LeDroit.

David-Francis Bursey, dans l'infanterie des Forces armées canadiennes depuis 2013, à Edmonton, a comparu lundi au palais de justice de Gatineau.

Le moniteur aurait sévi au Camp des voyageurs Tim Hortons, à Quyon, dans le Pontiac. Au moins deux victimes ont porté plainte. L'une d'elles aurait signalé son agression en 2005. Cette victime est aujourd'hui d'âge adulte.

Selon nos sources, le modus operandi dans les deux cas rapportés est le même. M. Bursey aurait, selon les premiers éléments de l'enquête policière, touché les parties intimes des garçons, pendant la nuit. Les deux victimes alléguées ne sont pas de l'Outaouais, ce qui fait craindre que d'autres victimes puissent se trouver un peu partout au Canada.

David-Francis Bursey a été à l'emploi du camp Tim Hortons de 2004 à 2006.

D'ailleurs, la compagnie Tim Hortons aurait déjà collaboré à l'enquête qui est toujours en cours.

Le prévenu a été libéré sous promesse de comparaître à une date ultérieure. Résident d'Edmonton, il devra se trouver un avocat pratiquant au Québec et arrimer son horaire à celui de la Cour du Québec, à des milliers de kilomètres de chez lui.

Le Camp des voyageurs Tim Hortons a ouvert ses portes en 1994 à Quyon. Il est situé près de la baie de Pontiac de la rivière des Outaouais.

Le suspect était en formation, cette semaine au Québec, dans le cadre de ses fonctions dans l'armée.

Il aurait fait valoir à plusieurs reprises son droit au silence, lors de son interrogatoire au poste de police de la Municipalité régionale de comté des Collines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer