L'identité des plus démunis refilée aux criminels les plus recherchés

Harbi Mohamoud Gabad aurait utilisé l'identité de bénéficiaires... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Harbi Mohamoud Gabad aurait utilisé l'identité de bénéficiaires du Gîte-Ami de Gatineau pour faire de faux passeports.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un présumé trafiquant de faux passeports ayant permis aux pires criminels du Canada de s'enfuir à l'étranger utilisait le Gîte Ami de Gatineau comme «pépinière». C'est ce qu'affirme la Couronne, qui tente de garder Harbi Mohamoud Gabad en prison en attendant la fin de son procès.

Le refuge pour sans-abri a été une bonne source de personnes vulnérables et en quête de crack, entre 2012 et 2014. Au moins 13 passeports ont été créés afin de fournir de fausses pièces d'identité à des criminels connus des autorités canadiennes, grecques et colombiennes.

En janvier 2014, une enquête conjointe de la police d'Ottawa, de la Police provinciale de l'Ontario et de la Gendarmerie royale du Canada a mené à l'arrestation de neuf hommes, dont la présumée tête dirigeante Hisham «Terry» Alkhalil, 33 ans. Son frère Rabih avait réussi à prendre la fuite en décembre 2013 avec le passeport d'un consommateur de crack du Vieux-Hull. Il a finalement été arrêté en Grèce.

Selon la Couronne, un des maillons importants dans la falsification des passeports canadiens à Gatineau est Harbi Mohamoud Gabad, un Ottavien de 50 ans.

Selon la procureure de la Couronne au dossier, Me Geneviève De Passillé, l'accusé a «mis en péril la sécurité nationale» en permettant à de tels criminels d'obtenir de faux passeports.

«(L'accusé) va chercher des gens au Gîte Ami, soutient Me De Passillé. Quand on est rendu à la seule chose qui nous reste pour obtenir notre crack, c'est de donner nos pièces d'identité, est-ce que c'est s'attaquer aux plus démunis? Oui, c'est odieux comme crime.»

Selon le ministère public, un autre criminel bien connu a bénéficié des services de M. Gabad.

Il s'agit de Frédéric Lavoie, un proche des Hells Angels recherché dans l'opération Loquace de la Sûreté du Québec, visant la vente de cocaïne au Canada.

L'homme de 31 ans a été retrouvé en Colombie, en mai 2014, démembré dans un sac.

Les frères Alkhalil sont reliés à deux fusillades meurtrières à Toronto et Vancouver. La famille a quitté la Colombie-Britannique il y a quelques années pour s'installer à Ottawa.

«(Le système de faux passeports) a été fait pour faire sortir des Hells Angels, le crime organisé albanais... On vous a parlé du crime organisé irlandais, de tous les gangs de rue, le crime organisé, a énuméré Me De Passillé. Les Alkhalil ont réussi à sortir... On est obligé de les extrader de Grèce. Le passeport qui a servi à Alkhalil pour sortir, et bien monsieur (Gabad) l'a eu entre les mains.»

Lors de l'enquête sur remise en liberté de M. Gabad, la semaine dernière, le caporal de la GRC Daniel Crivello a expliqué que certains des documents contrefaits étaient frappés du sceau du Djibouti. «Sur un document, on trouve une étampe, celle du colonel Abdillahi Abdi Farah (NDLR: Directeur de la Police nationale du Djibouti). On trouve dans ses vidanges (de M. Gabad), lors de notre enquête, la même étampe.» Des copies de photos des Alkhalil ont aussi été découvertes dans les mêmes déchets.

Lors d'une rencontre entre M. Gabad et le caporal Crivello, le 12 juin 2014, le suspect lui aurait dit craindre pour sa vie puisqu'un «ami» avait été tué. Selon le policier, cet homme était Frédéric Lavoie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer