Procès Turcotte: les jurés réentendent un témoignage

Guy Turcotte à son arrivée au palais de... (Patrick Sanfaçon, Archives La Presse)

Agrandir

Guy Turcotte à son arrivée au palais de justice de Saint-Jérôme

Patrick Sanfaçon, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Au procès criminel de Guy Turcotte, les jurés ont demandé mercredi au juge de réentendre le témoignage du psychiatre Pierre Bleau.

Cet expert et professeur à l'université avait été appelé à la barre des témoins à la demande de la Couronne. Il avait témoigné pendant environ deux heures et demie, le 10 octobre.

Le juge a accédé à leur demande, en leur précisant qu'ils devaient réécouter la totalité de son témoignage, soit l'interrogatoire en chef, le contre-interrogatoire et le réinterrogatoire.

Il semble donc que les jurés étaient en train de se pencher sur la défense de non-responsabilité criminelle de l'accusé, et tentent ainsi d'évaluer son état mental.

Le docteur Bleau n'a jamais évalué Guy Turcotte ni examiné la preuve de cette affaire criminelle. La Couronne lui a demandé de venir expliquer en quoi consiste le trouble de l'adaptation avec humeur dépressive.

C'est le diagnostic qui a été posé par tous les médecins experts qui ont évalué Guy Turcotte.

Celui-ci fonde d'ailleurs sa défense de non-responsabilité criminelle sur ce trouble mental. Pour réussir avec cette défense, l'accusé doit démontrer qu'au moment de la commission de l'acte criminel, il était incapable de juger de la nature et de la qualité de l'acte ou de savoir que l'acte était «mauvais».

Le docteur Bleau avait expliqué aux jurés en octobre qu'une personne qui souffre d'un trouble de l'adaptation comme Guy Turcotte ne perd pas contact avec la réalité, ni sa capacité de réfléchir et d'être responsable de ses actes. Il s'agit toutefois d'une réaction intense qui déstabilise l'individu, a-t-il dit.

Il avait précisé que les psychiatres estiment que de 10 à 15% de la population souffre d'un trouble de l'adaptation. Il est à la psychiatrie ce que le rhume est à la médecine générale, avait-il dit.

Les jurés ont ainsi entrepris mercredi une troisième journée de délibérations au procès de Guy Turcotte, accusé du meurtre prémédité de ses enfants Olivier et Anne-Sophie. L'ex-cardiologue de 43 ans est accusé de les avoir poignardés à mort le 20 février 2009.

À part cette demande pour réécouter un témoignage, la journée s'est déroulée sans autre interruption.

Les 11 jurés avaient commencé à délibérer lundi après-midi, après avoir reçu les instructions du juge André Vincent, de la Cour supérieure de Saint-Jérôme.

Ils sont en confinement pour toute la durée des délibérations, sans contact avec l'extérieur. Ils peuvent rendre leur verdict à tout moment.

Le juge leur a expliqué les différents verdicts possibles: non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux, meurtre au premier degré (prémédité), meurtre au second degré (non prémédité) et homicide involontaire.

Ce second procès de Guy Turcotte a débuté le 15 septembre. Le jury poursuit ses délibérations jeudi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer