Une décision sur le cannabis qui fait jaser

Jeudi, le juge Pierre Chevalier a ouvertement dénoncé les... (Yan Doublet, Archives Le Soleil)

Agrandir

Jeudi, le juge Pierre Chevalier a ouvertement dénoncé les lois actuelles et donné une sentence symbolique à un homme accusé de possession de 30 petits plants de cannabis.

Yan Doublet, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La sortie spectaculaire - sur le banc - du juge Pierre Chevalier concernant les lois «ridicules et désuètes» sur le cannabis au Canada a fait beaucoup parler, vendredi, au palais de justice de Gatineau.

La veille, le magistrat a ouvertement dénoncé les lois actuelles et donné une sentence symbolique à un homme accusé de possession de 30 petits plants de cannabis.

Dans les couloirs du palais de justice de Gatineau, des opinions divergentes se faisaient entendre. Du côté de la Couronne, on jongle avec l'idée d'aller en appel de cette décision. De l'autre côté, des avocats de la défense se montraient extrêmement satisfaits des propos tenus par le juge Chevalier.

Jeudi, le magistrat a imposé une amende de 1$ à un homme coupable de production de cannabis. Cet homme avait tenté sans succès d'obtenir une prescription d'un médecin pour en posséder légalement.

«On est dans une société où on accuse les gens de possession et consommation de marijuana alors que plus que la moitié de la population en a déjà consommé. Ce sont des lois qui sont désuètes et ridicules», a lancé le juge, qui a rappelé que l'accusé avait besoin de cannabis pour des raisons médicales.

Vendredi, le procureur en chef des poursuites criminelles et pénales de l'ouest du Québec, Me Martin Côté, a affirmé qu'il était trop tôt pour prendre une décision finale sur un éventuel appel de cette décision.

Devant le même juge, vendredi, un procureur de la Couronne a effleuré la possibilité de demander à ce que le magistrat se récuse dans un autre dossier de drogue à cause de sa récente déclaration. Cette idée a été abandonnée et l'audience a suivi son cours normal.

Le Conseil de la magistrature du Québec n'a pas voulu commenter ni indiquer si une plainte avait été faite, vendredi.

Le Barreau de l'Outaouais, ainsi que les bureaux des ministres de la Justice du Québec et du Canada, Stéphanie Vallée et Jody Wilson-Raybould, n'ont pas donné suite à nos demandes d'entrevue.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer