Un juge dénonce les lois «désuètes et ridicules» sur le cannabis

Un juge de la Cour du Québec à Gatineau a clairement fait savoir qu'il en avait... (Archives PC)

Agrandir

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Un juge de la Cour du Québec à Gatineau a clairement fait savoir qu'il en avait assez des «lois désuètes et ridicules» sur le cannabis au Canada.

Tout en saluant l'engagement du nouveau gouvernement Trudeau qui entend légaliser la consommation de la marijuana, le juge Pierre Chevalier a imposé une amende symbolique d'un dollar à un homme de l'Outaouais arrêté pour possession de 30 plants de marijuana. Sur le banc, il en a rajouté en réfléchissant à voix haute. Si la moitié des Canadiens a déjà consommé du pot, il y a fort à parier que des avocats et des juges l'aient déjà fait...

«Un dollar d'amende et trente cents de suramende», a lancé le juge Chevalier, jeudi, dans le dossier de Mario Larouche, un homme de 46 ans souffrant de plusieurs maux à la suite d'un accident de la route.

M. Larouche a tenté sans succès d'avoir une prescription pour posséder légalement du cannabis, et amoindrir ses douleurs.

La Couronne demandait une peine de 90 jours de détention, et la défense, une amende de 250$. Le magistrat est allé en deçà des deux recommandations.

Un système «tout croche»

«Si (l'accusé) avait rencontré un médecin responsable, il aurait probablement eu sa prescription, a d'abord dit le juge Chevalier. Monsieur ne serait pas devant le tribunal aujourd'hui. Monsieur est dans un système tout croche où on ne donne pas accès aux gens à une médecine naturelle qui remonte à des siècles, des millénaires.»

Puis, le magistrat s'est prononcé sur le gouvernement de Justin Trudeau, qui s'est engagé à légaliser la plante controversée.

«Et je pense que la société va se déniaiser de ce côté-là, du moins du côté des politiciens, a-t-il affirmé. On a en un qui est responsable présentement et qui n'aura probablement pas peur d'aller dans cette direction-là. On a stagné au Canada de ce côté-là, parce que politiquement, le peuple n'était probablement pas prêt à ce que les lois évoluent à ce niveau-là. Les politiciens irresponsables ont simplement laissé des choses croupir parce que c'était pour leur faire perdre des votes.»

Puis, est venu le tour de l'appareil judiciaire.

«On est dans une société où on accuse les gens de possession et consommation de marijuana alors que plus que la moitié de la population en a déjà consommé. Ce sont des lois qui sont désuètes et ridicules. Quand on est en présence de lois où il faudrait que plus de la moitié de la population ait un dossier criminel au Canada... Et probablement la plupart des procureurs de la Couronne et de la défense, et peut-être des juges, mais je ne me prononcerai pas là-dessus. Alors je pense qu'il est temps qu'on regarde de façon beaucoup plus clémente les choses qui se passent.»

Le cannabis est toujours considéré comme illégal au Canada, sauf pour ceux qui ont l'autorisation d'un médecin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer