Neuf mois de prison pour un ex-chauffeur scolaire

Le 11 mai 2011, le véhicule conduit par... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le 11 mai 2011, le véhicule conduit par Dobroslav Corluka a percuté la bordure du trottoir, est revenu au milieu de la chaussée puis l'accotement, a défoncé une clôture, fait un tonneau, traversé une piste cyclable, et terminé sa course à l'envers dans un ravin, près d'un parc.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un ex-chauffeur scolaire écope de neuf mois de détention pour avoir provoqué une embardée à vive allure, sous l'effet de l'alcool et transportant de jeunes élèves, en mai 2011, à Gatineau.

La juge Anouk Desaulniers, de la Cour du Québec, a décidé du sort de Dobroslav Corluka mercredi.

L'homme de 69 ans, épris de remords et de regrets, a pris le chemin de la prison. À sa sortie, il ne pourra pas conduire pendant deux autres années.

Le 11 mai 2011, M. Corluka était responsable du transport scolaire d'élèves autistes de la Commission scolaire des Draveurs.

Suivant les conseils d'un ami, il a consommé, pendant l'heure du dîner, deux verres de Jägermeister, une liqueur à 35% d'alcool, pour soulager ses malaises digestifs.

«Pendant le trajet, résume la juge, la fourgonnette de M. Corluka circule à une vitesse nettement au-dessus de la vitesse permise sur la rue Davidson (Gatineau) à l'amorce d'une courbe et d'une pente descendante prononcée.»

Un témoin a raconté à la cour, lors du procès, que la vitesse et le bruit du moteur lui ont fait penser que la pédale de l'accélérateur pouvait être coincée. Les expertises faites sur la boite noire de la fourgonnette du conducteur mènent à la conclusion que la vitesse de celle-ci était de 91 km/h lorsqu'elle a entamé son embardée.

La vitesse permise dans le secteur est de 50 km/h.

Le véhicule a percuté la bordure du trottoir, est revenu au milieu de la chaussée puis l'accotement, a défoncé une clôture, fait un tonneau, traversé une piste cyclable, et terminé sa course à l'envers dans un ravin, près d'un parc. Un des trois enfants a été blessé à une clavicule et a eu un poumon perforé.

La cour a trouvé le sexagénaire coupable de conduite dangereuse et de conduite avec les capacités affaiblies par l'alcool. Les taux d'alcoolémie ont atteint 92 et 116 mg d'alcool par 100 ml de sang, alors que la limite permise est de 80 mg.

Réfugié de la guerre en Bosnie-Herzégovine en 1995, M. Corluka n'avait jusqu'ici aucun antécédent judiciaire. La juge a ordonné que les services correctionnels le surveillent de près et lui fournissent tous les services possibles pour l'empêcher de s'enlever la vie, puisqu'il a démontré certains signes inquiétants depuis deux ans. Il éprouve encore certains traumatismes subis lors de la guerre.

Son diplôme de chimiste européen n'étant pas reconnu au Canada, M. Corluka a dû travailler dans les transports pour subvenir à ses besoins depuis 20 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer