Enfant martyr de Kanata: l'accusé n'aimait pas le psychologue

Un psychologue a raconté avoir eu maille à partir avec le père accusé d'avoir... (123rf)

Agrandir

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un psychologue a raconté avoir eu maille à partir avec le père accusé d'avoir martyrisé son fils pendant plusieurs mois, à Kanata, en 2013.

L'intervenant a été mis à la porte après avoir dit qu'il ne fallait pas terroriser son enfant en le faisant dormir dans un sous-sol non aménagé pour le punir. Le père a rejeté le psychologue, refusant d'être qualifié de «terroriste».

L'histoire de Jonathan (nom fictif) a provoqué l'émoi cet été, lors de la première partie du procès de son père, un policier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) affecté à la lutte antiterroriste. La belle-mère de l'enfant est aussi accusée d'abus et de maltraitance.

Lundi, le psychologue a témoigné d'une rencontre avec le père de l'enfant, pour mettre au clair les allégations de mauvais traitement, après son arrestation. Les services du psychologue - dont le nom est frappé d'un interdit de publication - avaient été retenus par l'accusé pour déterminer son état d'esprit au moment des gestes rapprochés. La police d'Ottawa a arrêté le policier de la GRC en février 2013.

«J'ai parlé de cette histoire dans laquelle l'enfant était puni en étant forcé de dormir dans le sous-sol», a expliqué le psychologue. Plus tôt dans le procès, Jonathan avait raconté qu'il dormait et passait des heures dans un sous-sol non aménagé, chaînes aux pieds ou menottes aux poignets.

«J'ai dit au père qu'une telle chose terrorisait un enfant. Que c'était de l'abus et qu'il ne pouvait pas faire une telle chose. (L'accusé) était en colère contre moi. Il m'a dit que je l'avais traité de "terroriste".»

Le père aurait nié qu'il s'agissait d'une grosse affaire. «Il me répondait que ce n'était pas de l'abus.»

En février 2013, l'enfant de 11 ans a réussi à s'échapper de la maison familiale de Kanata. Affamé et affaibli, l'enfant a décidé de fuir le foyer paternel, où il aurait subi de la torture physique et mentale.

Il dit avoir été forcé de faire plus de 500 pompes, manger très peu, ou faire ses besoins dans un seau, dans le but avoué de son père de le punir de prétendus mauvais comportements.

Le tribunal a ouvert le procès avec la présentation de vidéos tournées par le père, montrant un enfant humilié et blessé. La police d'Ottawa a ensuite filmé les nombreuses blessures de l'enfant sur son lit d'hôpital.

««J'ai dit au père qu'une telle chose terrorisait un enfant. Que c'était de l'abus et qu'il ne pouvait pas faire une telle chose. (L'accusé) était en colère contre moi. Il m'a dit que je l'avais traité de "terroriste".»»

- Le psychologue

«J'ai parlé de cette histoire dans laquelle l'enfant était puni en étant forcé de dormir dans le sous-sol», a expliqué le psychologue. Plus tôt dans le procès, Jonathan avait raconté qu'il dormait et passait des heures dans un sous-sol non aménagé, chaînes aux pieds ou menottes aux poignets.

«J'ai dit au père qu'une telle chose terrorisait un enfant. Que c'était de l'abus et qu'il ne pouvait pas faire une telle chose. (L'accusé) était en colère contre moi. Il m'a dit que je l'avais traité de "terroriste".»

Le père aurait nié qu'il s'agissait d'une grosse affaire. «Il me répondait que ce n'était pas de l'abus.»

En février 2013, l'enfant de 11 ans a réussi à s'échapper de la maison familiale de Kanata. Affamé et affaibli, l'enfant a décidé de fuir le foyer paternel, où il aurait subi de la torture physique et mentale.

Il dit avoir été forcé de faire plus de 500 pompes, manger très peu, ou faire ses besoins dans un seau, dans le but avoué de son père de le punir de prétendus mauvais comportements.

Le tribunal a ouvert le procès avec la présentation de vidéos tournées par le père, montrant un enfant humilié et blessé. La police d'Ottawa a ensuite filmé les nombreuses blessures de l'enfant sur son lit d'hôpital.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer