Un vendeur de voiture aux doigts croches

L'accusé a frauduleusement conservé le produit de la... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

L'accusé a frauduleusement conservé le produit de la vente d'une quarantaine de véhicules usagés plutôt que de le remettre à son employeur.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un vendeur de voitures de Gatineau qui gardait les recettes de ses ventes écope de deux ans de prison dans la communauté.

En un peu plus d'un an, entre 2009 et 2010, l'ex-employé a privé le concessionnaire Honda Gatineau, sur le boulevard La Vérendrye Ouest, d'une somme de 73 326 $. Le tribunal a fixé la valeur réelle des pertes à 45 000 $.

Le juge Richard Laflamme, de la Cour du Québec, a toutefois statué que l'accusé, Michel Renaud, 51 ans, ne devait rembourser que les 10 000 $ de franchise de l'assureur du commerce floué.

Selon la preuve du ministère public, le Gatinois «a frauduleusement conservé le produit de la vente d'une quarantaine de véhicules usagés plutôt que de le remettre à son employeur». M. Renaud a plaidé coupable en 2014, affirmant sa volonté de rembourser la victime.

La décision rendue en septembre dernier dresse le portrait d'un homme qui voulait éviter la faillite à son père, devait subvenir aux besoins de son enfant, payer de lourdes dettes et se libérer d'une faillite remontant à 2007. Malgré un état de santé précaire, note le tribunal, l'homme a toujours travaillé.

Bien qu'il exprime des remords en ce qui a trait aux impacts sur son entourage, l'accusé aurait banalisé son geste «en indiquant que la manoeuvre était temporaire et qu'il comptait rembourser les sommes subtilisées une fois sa situation financière rétablie».

Le rapport présentenciel de son agent de probation estime que les risques de récidives sont plutôt bas. «Beaucoup de gens d'affaires sont au fait du crime commis», confirme-t-on.

Dans les 12 premiers mois de sa sentence, M. Renaud devra rester à l'intérieur de sa résidence, sauf pour se rendre au travail, pour des raisons de santé ou répondre aux autres conditions de la cour. Après cette période, il sera assigné à résidence de 22h à 6h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer