Dix-huit mois de prison pour Lise Thibault

Lise Thibault est condamnée à 18 mois d'incarcération... (Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Lise Thibault est condamnée à 18 mois d'incarcération pour fraude et abus de confiance, six chefs d'accusation pour lesquels elle avait déjà reconnu sa culpabilité en décembre.

Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
QUÉBEC

L'ancienne lieutenante-gouverneure Lise Thibault a pris la direction de la prison, mercredi, les menottes aux poings, une première au Canada pour un ancien représentant de Sa Majesté. Mais son séjour pourrait être de courte durée: son avocat fait appel de la décision.

Le juge Carol St-Cyr, de la Cour du Québec, a condamné Lise Thibault à 18 mois d'incarcération pour fraude et abus de confiance, six chefs d'accusation pour lesquels elle avait déjà reconnu sa culpabilité en décembre. Elle devra aussi rembourser 200 000$ au gouvernement fédéral et 100 000$ au gouvernement du Québec.

Mais cette peine, rendue au palais de justice de Québec, ne met donc pas fin à six ans d'une saga judiciaire aux rebondissements multiples.

Lise Thibault est restée impassible à la lecture de la décision. Elle est ressortie de la salle d'audience les menottes aux poings, mais semblait sereine. Elle allait dormir dans un centre de détention de Québec mercredi.

Cependant, son avocat, Marc Labelle, s'est rendu immédiatement au greffe de la Cour d'appel par la suite. Lui qui réclamait une peine de 12 mois dans la collectivité, il veut en appeler de la décision, qu'il estime «trop sévère», et demande la libération avec cautionnement de sa cliente durant les procédures.

«On pense que le juge a accordé trop de poids à l'aspect exemplarité de la peine, par rapport à l'aspect de l'individualisation de la peine, a résumé Me Labelle dans un point de presse peu après. [...] Il s'agit d'une décision révisable, cela aurait dû être une peine individualisée.»

Il a précisé que sa cliente allait probablement dormir une ou deux nuits en détention, si la Cour d'appel accepte sa requête, mais qu'elle avait été préparée à cette éventualité.

Pour sa part, le procureur de la Couronne, Marcel Guimont, avait plaidé pour quatre ans de pénitencier, mais n'a pas dit être déçu de l'issue de la cause. «Quand on réclame quatre ans, c'est qu'on pense que cela vaut ça. Quand la sentence qui sort est 18 mois, bah, il faut l'accepter. [...] Il faut respecter ça, on verra s'il y a lieu d'aller en appel.»

Dans sa décision, Carol St-Cyr a évoqué la «culture de la tromperie» que Lise Thibault avait entretenue, ainsi que ses remords mitigés.

Elle a toujours blâmé le personnel de son cabinet, mais le juge a pour sa part parlé de «stratagème», puisqu'elle refusait notamment de fournir son agenda au ministère du Patrimoine canadien pour vérifier les activités de fonction officielles et valider les dépenses.

Le magistrat estime que la femme de 76 ans a abusé de l'autorité et de l'intégrité liées à ce rôle prestigieux. «Elle n'a pas réalisé l'ampleur et l'importance de la fonction en oubliant que le premier rôle d'un souverain et de ses mandataires est de donner le bon exemple à ses sujets», a-t-il dit.

Elle amplifiait ses réclamations pour ses activités hors de la ville de Québec pour tirer bénéfice des remboursements du fédéral prévus à cet effet, a aussi rappelé le juge.

«Ce stratagème lui a permis de déposer dans ses comptes personnels des montants appréciables», tout en ajoutant que le «bénéfice personnel» et la «cupidité» n'étaient pas ses seules motivations.

Carol St-Cyr a justifié sa décision de l'incarcérer plutôt que de lui imposer une peine dans la collectivité. «Il est important que le public sache qu'il s'agit d'une conduite hautement répréhensible, a-t-il déclaré. [...] L'emprisonnement dans la collectivité ne satisferait pas les objectifs pénologiques de dénonciation et de dissuasion générale, dans le but de préserver la confiance des citoyens à l'égard des institutions publiques.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer