40 mois de prison pour le trafiquant Éric Boivin

Éric Boivin avait plaidé coupable à des accusations de... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Éric Boivin avait plaidé coupable à des accusations de trafic, de complot et de possession de drogue dans le but d'en faire le trafic.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Victime collatérale» de l'enquête sur le double meurtre du couple Trottier-Votour, Éric Boivin écope de 40 mois de prison pour trafic de drogue.

M. Boivin a été arrêté au palais de justice de Gatineau, le 7 mai dernier, alors qu'il venait assister à la comparution de son grand ami Ronald Junior Brazeau, accusé d'avoir commandité l'assassinat du jeune couple d'Aylmer.

Le meurtre de Travis Votour et d'Amanda Trottier serait relié au monde de la drogue. Le jeune homme aurait possiblement volé de la marchandise au réseau dirigé par M. Brazeau, qui aurait riposté par les armes.

Éric Boivin est apparu dans l'enquête pour meurtre de la Sûreté du Québec, alors que ses enquêteurs suivaient les traces du principal suspect, M. Brazeau. Leurs conversations sur diverses transactions ont été enregistrées. M. Boivin n'est pas accusé dans le dossier de meurtre du couple Trottier-Votour.

La juge Rosemarie Millar a imposé 40 mois de détention à M. Boivin après que celui-ci ait plaidé coupable aux accusations de trafic, de complot et de possession de drogue dans le but d'en faire le trafic. «L'enquête sur le double meurtre a permis de découvrir le réseau, les caches et les points de vente», a retenu la magistrate.

M. Boivin et son complice dans la vente de drogue vendaient à la livre en Outaouais. Le réseau pouvait écouler de 25 à 30 kilos de cannabis par semaine dans la région de Gatineau. La juge a conclu que M. Boivin présentait des risques élevés de récidive. L'accusé, «criblé de dettes et de contraventions», aurait tenté de redresser ses finances en vendant cette drogue.

Selon ce que le tribunal a entendu, M. Boivin prévoyait devenir millionnaire en deux ou trois ans en faisant l'acquisition d'une ferme à Shawville, dans le Pontiac.

Les dossiers judiciaires des trois suspects dans l'affaire de meurtre n'en sont qu'au stade préliminaire. Outre M. Brazeau, la SQ accuse Sonia Vilon et son conjoint René Samson-Vonrichter, qui auraient exécuté le contrat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer