Policier suspendu accusé de parjure: la preuve est remise, l'accusé est absent

Jeffrey Greetham est suspendu avec salaire, même s'il... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Jeffrey Greetham est suspendu avec salaire, même s'il a été acquitté d'agression sexuelle d'une jeune femme, il y a deux ans.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Acquitté d'agression sexuelle en 2013, le policier de Gatineau suspendu, Jeffrey Greetham, a pu s'absenter du palais de justice, mardi, alors qu'il a comparu par procuration d'avocat sur six chefs de parjure commis lors du précédent procès.

Le policier de Gatineau est suspendu avec salaire, même s'il a été acquitté d'agression sexuelle d'une jeune femme, il y a deux ans.

La défense de M. Greetham avait semé le doute chez le juge, quant aux attouchements sexuels pratiqués sur la jeune femme de 20 ans. Celle-ci était alors dans l'eau chaude puisqu'elle avait été arrêtée précédemment par un autre policier, pour conduite avec les capacités affaiblies.

Le ministère public accuse carrément l'homme de 52 ans, aujourd'hui, d'avoir menti au tribunal lors du procès de 2013.

La défense a opté pour un procès devant juge et jury, mardi. La Couronne lui a remis un épais cartable contenant sa preuve.

« Relation malsaine »

À l'époque, le juge Valmont Beaulieu a acquitté le policier tout en se disant convaincu que lui et la jeune femme entretenaient une « relation malsaine ». Il avait pris soin d'ajouter qu'il ne croyait pas l'accusé, tout en doutant de certains éléments du témoignage de la jeune femme.

« Cela ne veut pas dire que les événements ne se sont pas produits », avait alors expliqué le magistrat, lors de l'acquittement.

La présumée victime a dit pendant le procès que le policier avait glissé sa main sur ses seins et ses cuisses, enlevant au passage son soutien-gorge, lors d'une rencontre dans la voiture personnelle de M. Greetham à la marina d'Aylmer. L'homme n'était pas en devoir à ce moment.

Selon la Couronne, la jeune femme ne pouvait pas dire non à un policier. Elle l'avait contacté pour parler de son dossier judiciaire.

Les deux se connaissaient depuis que le policier l'avait aidée dans une affaire de violence conjugale, avant son arrestation pour conduite erratique.

Selon la défense, la jeune femme a été frustrée de ne pouvoir obtenir de faveurs en échange de quelques caresses.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer