Et de 26 pour un récidiviste de l'alcool au volant

Un conducteur a été condamné pour une 26e fois depuis 1979 pour des... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un conducteur a été condamné pour une 26e fois depuis 1979 pour des accusations criminelles reliées à sa conduite automobile, à Gatineau. Mardi, le juge Valmont Beaulieu, de la Cour du Québec, l'a envoyé au pénitencier pour une 18e conduite avec les facultés affaiblies... Un 26e dossier touchant la conduite d'un véhicule.

L'accusé, Michel Poulin, a demandé la clémence du tribunal avant de recevoir sa sentence de quatre ans accompagnée d'une interdiction de conduire à vie.

Le 10 juillet dernier, Michel Poulin a été arrêté par la police de Gatineau pour conduite avec les capacités affaiblies par l'alcool. Son résultat le plus bas était de trois fois la limite permise de 80 mg d'alcool par 100 ml de sang. Il a plaidé coupable devant une forte preuve. La Couronne demandait une peine de quatre à cinq ans.

Ce sont des citoyens inquiets qui ont alerté les policiers en observant la conduite erratique du conducteur d'un Jeep Cherokee 2001.

Parchemin d'antécédents

Un véritable parchemin d'antécédents sert de livre de bord à cet individu.

Il a d'abord reçu une amende de 100$ pour alcool au volant, à St-Joseph-de-Beauce, en 1979. C'était une autre époque...

Les infractions se sont multipliées en Beauce jusqu'en 1984. Sa ruée vers l'ouest a été marquée par des arrestations en semblable matière à Barrie, Ajax et Ottawa, en Ontario, puis en Colombie-Britanique.

Son retour en force dans la région beauceronne s'est fait en 1998, jusqu'en 2004, une autre période faste en matière de conduite avec les capacités affaiblies. Libéré d'office en 2006, il n'a pas été arrêté ces dix dernières années, jusqu'à l'épisode du mois de juillet dernier.

En résumé, Michel Poulin a été coupable dans 18 dossiers de conduite avec les capacités affaiblies, quatre dossiers de conduite pendant une interdiction de la cour, deux refus de fournir un échantillon d'haleine, et deux délits de fuite.

Danger public

Le juge Beaulieu s'est dit «convaincu que la société sera protégée par l'imposition d'une longue peine de détention et qu'un véhicule conduit par ce dernier constitue une menace réelle pour la vie des citoyens».

L'accusé a tenté d'obtenir la clémence en évoquant la possibilité d'installer un antidémarreur éthylométrique sur son véhicule.

«(Les citoyens) ont le droit de demander au Tribunal de les protéger contre les multirécidivistes qui fréquemment séjournent au pénitencier après avoir blessé ou tué d'innocentes victimes, alors qu'ils furent dans le passé condamnés (pour conduite avec les capacités affaiblies)», a conclu le juge.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer