Un conseiller municipal accusé

Un conseiller de la municipalité d'Aumond, dans la Vallée-de-la-Gatineau, a... (PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L'EST)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L'EST

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un conseiller de la municipalité d'Aumond, dans la Vallée-de-la-Gatineau, a comparu devant la cour criminelle, lundi dernier, pour une histoire de recel de près de 160000$.

Alexandre Lafrenière, 32 ans, aurait été en possession de plusieurs outils de grande valeur rapportés volés à Mont-Laurier et à Messines, à l'automne et au début de l'hiver dernier. La Sûreté du Québec (SQ) a déposé un chef d'accusation de recel, le 12 juin dernier.

Le maire du village d'Aumond, Denis Charron, dit vouloir laisser le système judiciaire faire son travail, et ne prévoit pas de suspension ou d'enquête interne visant le conseiller.

«Personne ne souhaite ce genre de situation, a brièvement commenté le maire. Nous allons suivre les lois qui nous régissent.»

Le sujet n'a pas été officiellement abordé dans les officines de la municipalité. Il semble que le conseiller Lafrenière pourra poursuivre son travail politique en attendant la suite des procédures judiciaires. Il est présumé innocent. La SQ lui reproche toutefois d'avoir abrité des outils de grande valeur, après que ces mêmes objets eurent été rapportés volés dans des commerces de Mont-Laurier et de Messines. Les biens ont été saisis dans un entrepôt de Messines.

La valeur des outils volés à Messines est évaluée à 40000$, et ceux de Mont-Laurier, à 100000$. La SQ n'attribue pas directement ces vols, commis en novembre et en décembre2014, à M. Lafrenière.

Les outils provenaient de trois différentes introductions par effraction et vols dans les secteurs de Messines et Mont-Laurier, précise la SQ.

Les autorités ont mené une perquisition à la résidence de M. Lafrenière, sur la route 107, où deux personnes ont été arrêtées. Seul le conseiller a été formellement accusé.

Les policiers de la SQ de la Municipalité régionale de comté (MRC) Antoine-Labelle ont assisté ceux de la Vallée-de-la-Gatineau dans leur opération.

La police provinciale a procédé au blocage légal de la résidence de l'accusé, a fait savoir le porte-parole de la SQ, Marc Tessier, hier. «Le Directeur des poursuites criminelles et pénales se chargera d'effectuer les représentations afin de convaincre la Cour de confisquer la résidence évaluée à plus de 140000$.»

Le suspect a été libéré et devra revenir devant la cour le 5 octobre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer