L'accusé croyait entendre des messages codés à la télé

Il semble que Mark Hasslet n'en pouvait plus... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Il semble que Mark Hasslet n'en pouvait plus d'entendre siffler l'autre chambreur. C'est ce qui aurait mené à la confrontation fatale au 2814, avenue Carling, le 11 février 2013.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Isolé et reclus, Mark Haslett croyait entendre des messages codés à la télévision et des voix dans sa tête. Pour éviter de croiser les autres locataires, il restait dans sa chambre et urinait dans des bouteilles afin de ne pas avoir à se rendre aux salles de bain communes. L'homme disait vivre une guerre psychologique avec son voisin, qui a payé de sa vie leur dernière confrontation, le 11 février 2013.

Ce jour d'hiver, les policiers d'Ottawa se sont rendus au 2814, avenue Carling, où Rolland Laflamme, 54 ans, venait d'être attaqué à coups de couteau. Il a rendu l'âme peu de temps après son transport à l'hôpital.

Le procès de Mark Haslett, accusé de meurtre au deuxième degré, se déroule en sourdine cette semaine. Appelé à la barre par son avocat, Me Samir Adam, l'accusé a commenté à voix très basse les nombreuses confidences qu'il a écrites dans son journal intime. Me Adam tente de faire déclarer son client criminellement non responsable pour cause d'aliénation mentale.

Le prévenu de 27 ans s'exprime difficilement. Ceux qui assistent aux audiences tendent l'oreille en permanence pour entendre ce qu'il dit.

Les proches de l'accusé et de sa présumée victime assistent notamment au procès.

Guerre psychologique

Mercredi et jeudi, Mark Haslett a confirmé être l'auteur des lignes lues et reprises par son avocat. Il affirme entre autres, dans son journal intime, que la télévision lui envoie des messages, que M. Laflamme lui lance des railleries à saveur raciste et homophobe tout en lui livrant une guerre psychologique.

Mark Hasslet voulait tellement ne pas avoir à interagir avec l'extérieur qu'il gardait en permanence une bâche sur la fenêtre de sa chambre. Il pouvait jouer pendant des douzaines d'heures à des jeux vidéos. Il a perdu sa mère à dix ans, et son père une décennie plus tard.

La police d'Ottawa a trouvé un couteau ensanglanté chez l'accusé. Il semble que Mark Hasslet n'en pouvait plus d'entendre siffler l'autre chambreur. C'est ce qui aurait mené à la confrontation fatale.

Une voisine, qui a vu une partie de la scène, a affirmé en 2013 avoir aperçu un homme ensanglanté sortir de l'appartement où s'est produit le drame en criant aux témoins de partir.

Selon d'autres voisins, les ambulances sont arrivées «vers 18h ou 18h30», avant qu'un homme ne se barricade vers 19h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer