Comparution singulière de Junior Brazeau à Gatineau

Ronald Junior Brazeau est accusé d'avoir commandité le... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Ronald Junior Brazeau est accusé d'avoir commandité le meurtre du couple Trottier-Votour.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La comparution du présumé commanditaire de meurtre du couple Trottier-Votour s'est déroulée dans des circonstances singulières, vendredi matin, alors qu'un proche des victimes s'est adressé directement à l'accusé, dans le box, devant une salle pleine.

De l'autre côté, plus d'une dizaine de personnes venues soutenir le suspect ont dû cacher leur chandail dont l'imprimé réclamait sa libération.

Ronald Junior Brazeau, 34 ans, a été arrêté au début du mois de mai par la Sûreté du Québec (SQ). Les enquêteurs disent qu'il aurait agi à titre de commanditaire du double meurtre de Travis Votour et de sa conjointe Amanda Trottier, retrouvés sans vie dans leur résidence de la rue Terrasse-Eardley, dans le secteur Aylmer, le 6 janvier 2014.

Selon les premiers éléments de l'enquête, il aurait retenu les services de René Samson-Vonrichter et de sa conjointe, Sonia Vilon, pour faire exécuter le couple.

Des proches de Ronald Junior Brazeau se sont présentés au palais de justice de Gatineau, vendredi, en portant des t-shirts sur lesquels était imprimée la photo du prévenu avec la mention #freejun (libérez Junior).

Les constables ont d'abord refusé l'accès à la salle de cour à ces personnes, puis les ont finalement laissés entrer lorsqu'elles ont caché leur message, retourné leur t-shirt ou mis un autre vêtement par-dessus celui-ci. La magistrature tient à ce que la salle de cour demeure un lieu neutre, sans moyen de pression.

À l'arrivée de M. Brazeau dans le box des accusés, un proche du couple assassiné s'est levé et a lancé dans sa direction: «On va prier pour toi, Brazeau!»

Ce dernier a répondu en lui soufflant un bec. L'homme a été escorté à l'extérieur de la salle par un constable. Une dizaine de proches des victimes assistait aussi, de l'autre côté de la salle, à la comparution du principal suspect et à celle de ses deux présumés complices.

La croisade des connaissances soutenant Ronald Junior Brazeau ne s'arrête pas à cette présence forte au palais de justice. Vendredi, 187 internautes avaient cliqué «J'aime» sur la page Facebook «Freenjun», une communauté qui affirme que Junior est innocent dans cette affaire.

D'ailleurs, il est clairement demandé sur cette page que ceux qui désirent soutenir M. Brazeau doivent le faire «de façon civilisée et sans parler aux médias».

Son dossier, comme ceux de M. Samson-Vonrichter et de Mme Vilon, reviendra devant la cour le 19 juin.

La Couronne a remis une autre partie de sa preuve aux avocats des accusés, qui ont maintenu leurs plaidoyers de non-culpabilité.

Un ami de M. Brazeau, Éric Boivin, a été accusé de trafic de drogue après avoir été mis sous la loupe des enquêteurs de la SQ dans le dossier de meurtre. Aucun chef de meurtre n'a été déposé contre lui. M. Boivin aurait travaillé au sein du réseau de vente de drogue mené par Junior.

Trois présumés meurtriers et six présumés trafiquants de drogue ont été arrêtés dans l'enquête de la SQ baptisée Mentir.

Selon les informations préliminaires, le couple Trottier-Votour aurait payé de sa vie pour le vol de drogue ou d'argent dans une cache appartenant au leader du réseau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer