Le «père-grand-père» de Val-des-Monts reste en prison

Le «père-grand-père» de Val-des-Monts s'est vu refuser sa liberté provisoire et... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le «père-grand-père» de Val-des-Monts s'est vu refuser sa liberté provisoire et devra attendre son procès derrière les barreaux.

Le juge Gaston Paul Langevin a rendu sa décision mercredi matin au palais de justice de Gatineau.

L'homme de 78 ans est accusé d'agression sexuelle sur quatre personnes depuis les années 1970.

Trois sont ses propres filles, et l'une d'entre elle a été mise enceinte par son propre père.

Des preuves d'ADN ont été déposées en ce sens par la Couronne, ce qui a été souligné fermement par le juge.

Le magistrat s'est principalement appuyé sur le non respect des conditions de la cour par l'accusé, qui a tenté à deux reprises de communiquer avec ses présumées victimes depuis son arrestation, l'automne dernier.

L'accusé avait proposé de porter un bracelet GPS pour assurer les autorités de sa présence en cour et démontrer qu'il n'approcherait pas les victimes et témoins au dossier.

Le septuagénaire dit avoir besoin de soins médicaux qu'il n'aurait pas pu recevoir depuis qu'il est détenu.

Le juge a cependant rappelé que les victimes craignaient de voir leur agresseur présumé les approcher à nouveau s'il était libéré.

Ni plus ni moins, le juge Langevin a qualifié les victimes d'«esclaves», puisque l'homme avait une emprise sexuelle, morale et patriarcale sur elles.

Plus de détails à venir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer