Les amendes jugées raisonnables

La Cour supérieure déclare raisonnables les amendes imposées par la Ville de... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Droit

La Cour supérieure déclare raisonnables les amendes imposées par la Ville de Gatineau à la compagnie propriétaire de l'édifice de l'hôtel Chez Henri, dont l'actionnaire majoritaire est l'homme d'affaires Nader Dormani. M. Dormani se bat depuis plusieurs années contre la municipalité, en contestant les amendes de 60000$ qui lui ont été imposées pour la démolition partielle d'un mur lors de rénovations de l'édifice historique. L'hôtel, classé patrimonial, était dans un état de décrépitude importante lorsque l'entreprise a amorcé les travaux de rénovation et d'agrandissement. Hier, le Service des communications de la Ville a rappelé que la Cour supérieure ne s'était pas encore prononcée sur la sentence déjà rendue par la Cour municipale, via le juge Yves Daoust. L'homme d'affaires dit avoir eu les autorisations nécessaires pour procéder à cette démolition partielle. La juge Carole Therrien, de la Cour supérieure, devait déterminer si cette amende était raisonnable. Sa décision a été rendue hier, au palais de justice de Gatineau. La magistrate a rejeté, avec dépens, l'appel de M. Dormani, tout en maintenant les sentences prononcées à la Cour municipale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer