Patrick Brazeau suit avec beaucoup d'intérêt le procès de Mike Duffy

Interrogé à l'extérieur de la salle d'audiences, jeudi,... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Interrogé à l'extérieur de la salle d'audiences, jeudi, le sénateur suspendu Patrick Brazeau a indiqué qu'il était présent au tribunal en appui à M. Duffy.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le sénateur suspendu Patrick Brazeau suit avec beaucoup d'intérêt le procès de son ancien collègue conservateur Mike Duffy, accusé de fraude, de corruption et d'abus de confiance.

M. Brazeau est assis au fond de la salle d'audiences, au palais de justice d'Ottawa, et prend studieusement des notes pendant le procès.

Interrogé à l'extérieur de la salle d'audiences, jeudi, il a indiqué qu'il était présent au tribunal en appui à M. Duffy.

L'ancien sénateur Brazeau, suspendu du caucus conservateur, fait lui-même face à un chef de fraude et un autre d'abus de confiance en lien avec son propre compte de dépenses.

Il est sûrement très intéressé par la stratégie déployée par l'avocat de la défense dans ce procès. Me Donald Bayne a tenté de démontrer mercredi que le Sénat n'a pas élaboré de critères précis pour définir ce qui constitue exactement une résidence principale et une résidence secondaire.

Le sénateur Duffy avait réclamé au Parlement le remboursement de 82 000 $ en frais de logement pour sa résidence secondaire en banlieue d'Ottawa, parce qu'il soutenait que sa résidence principale se trouvait à l'Île-du-Prince-Édouard. Or, la poursuite soutient qu'il passait bien peu de temps dans cette résidence dite «principale».

Son avocat a poursuivi jeudi matin son contre-interrogatoire de l'ancien juriste du Sénat Mark Audcent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer