«Faire la morte» pour survivre

Marc Leduc a plaidé coupable, hier, à des... (Archives LeDroit)

Agrandir

Marc Leduc a plaidé coupable, hier, à des chefs d'accusation d'agression sexuelle, d'étranglement, d'introduction par effraction et de bris de probation.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une collégienne a survécu au présumé meurtrier d'Ottawa Marc Leduc en feignant sa propre mort, en 2012, alors que celui-ci n'était pas encore accusé des homicides de Pamela Kosmack et de Leanne Lawson, survenus en 2008 et en 2011 dans la capitale fédérale.

Marc Leduc a plaidé coupable, hier, à des chefs d'accusation d'agression sexuelle, d'étranglement, d'introduction par effraction et de bris de probation.

L'accusé de 58 ans est en attente d'un autre procès pour les deux meurtres prémédités, au palais de justice d'Ottawa.

À l'automne 2012, Nadine (nom fictif) était seule chez elle lorsqu'elle a été agressée sexuellement par Marc Leduc.

Ses deux colocataires avaient quitté l'appartement vers 9h15. En sortant, ils ont croisé M. Leduc, qui leur a offert une bière. Les deux jeunes ont refusé, trouvant la demande déplacée par cet homme visiblement intoxiqué, bouteille à la main. Il s'était adressé à une des jeunes en la prénommant Babe et Honey.

La veille, le même homme avait tenu la porte de l'appartement à Nadine, qui revenait d'un entraînement. « Quelque chose dans ses manières l'a fait sentir inconfortable », a lu le procureur de la Couronne, Me James Cavanagh, en cour.

La victime s'est réveillée en entendant la porte de sa chambre s'ouvrir.

Le présumé agresseur se tenait devant elle, couteau de poche à la main. Nadine a tenté une première fois de s'échapper, mais l'assaillant a fermé la porte et l'a menacée d'obtempérer à ses ordres, sans quoi il « la couperait ».

La victime a été forcée de se dévêtir et de poser des gestes de nature sexuelle, toujours sous la menace de l'agresseur.

La jeune femme a tenté à quelques reprises de s'emparer du couteau, essayant de crier à l'aide, sans succès, sauf à une reprise, lorsqu'elle a asséné un coup de couteau à la jambe de son assaillant.

L'agresseur a entrepris de l'étouffer, en serrant son avant-bras sur sa gorge, Nadine a feint de mourir en cessant de se battre et de respirer.

Lorsque l'assaillant a relâché la pression, la jeune femme en a profité pour se défaire de son emprise. Elle a pris le couteau et frappé l'homme à la tête.

La fille, nue, a pu fuir et attraper un manteau au passage, courir dans le corridor et se réfugier chez une autre résidente, qui a appelé le 9-1-1.

Les policiers ont défoncé la porte de la résidence de Marc Leduc. Ce dernier était à genoux, en position foetale et ensanglanté.

À l'hôpital, Marc Leduc a dit à un policier qu'il avait consommé pour 200 à 300 $ de crack et des quantités importantes de vodka, de bière et de liqueurs aux fruits alcoolisés Sour Puss dans les jours précédents l'agression.

Il aurait affirmé : « Je peux arrêter cela lorsque j'arrête de boire et de prendre de la drogue. Je suis fini avec toute cette affaire. »

En 2008, Pamela Kosmack, 39 ans, a été trouvée sans vie près d'une piste cyclable du parc Lincoln Heights.

En 2011, le corps de Leanne Lawson, 23 ans, a été découvert dans un stationnement de la Basse-Ville.

Le prévenu maintient pour le moment son plaidoyer de non-culpabilité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer