Une autre victime brise le silence

Ce n'est pas une, mais deux victimes qui dénoncent aujourd'hui le père... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ce n'est pas une, mais deux victimes qui dénoncent aujourd'hui le père incestueux de Val-des-Monts qui aurait fait trois enfants à l'une de ses filles, depuis les années 1970.

Mercredi dernier, la police de la MRC des Collines a arrêté un homme de 77 ans. Il a été accusé d'agressions sexuelles sur sa fille alors qu'elle était âgée de 8 à 40 ans. Cette victime aurait eu trois enfants avec son père.

L'accusé serait donc le père et le grand-père de ces trois enfants.

La présumée victime aurait accouché de son premier enfant alors qu'elle n'avait que 14 ans.

Jeudi, des sources nous indiquaient que d'autres accusations pouvaient être déposées dans ce dossier. C'est ce qui a été fait, hier, alors qu'une deuxième femme, la soeur de la première victime, a brisé le silence. Selon ce qui a été permis d'apprendre au palais de justice de Gatineau, la médiatisation de l'affaire l'a convaincue de parler aux enquêteurs.

Ses propos ont été pris au sérieux, et le septuagénaire est revenu en cour sous d'autres accusations criminelles.

Toutes les identités doivent être tenues secrètes afin de préserver celles des victimes.

Le tribunal devra jongler avec des chefs d'accusation qui remontent aux années 1970 à 2000. Bien que les gestes d'inceste soient similaires, la nomenclature des articles du Code criminel et les peines imposées sont très différentes à travers les époques.

«Oui, ça change, ce ne sont pas les mêmes articles au Code criminel, les articles changent avec le temps dans le droit. Ce sera à gérer à travers les époques», a expliqué la procureure de la Couronne, MeMarie-Hélène Leblanc-Bourque.

«Pas sympathique»

Du côté de la défense, MeJacques Belley s'est gardé une porte ouverte pour la tenue d'un procès devant juge et jury. «Ça ne veut pas dire qu'on va aller devant juge et jury. Ce n'est peut-être pas la meilleure cause pour aller devant un jury, mais on verra. Quand on dit qu'une cause n'est pas sympathique, on ne va pas devant jury.»

Une grande partie de la preuve doit reposer sur les résultats d'ADN de l'accusé et des présumés enfants de l'inceste. La deuxième plaignante, selon MeBelley, n'a pas eu d'enfant de son propre père, contrairement à la première victime alléguée.

Tant le ministère public que le procureur du père sont d'avis que le dossier est très complexe.

MeBelley croit toujours être en mesure d'obtenir la remise en liberté provisoire de son client, jeudi, lors de l'enquête sur remise en liberté. «Monsieur n'a pas d'antécédent, les événements ne sont pas récents, et j'ai et une autre carte dans mon jeu que je ne peux pas dire», a-t-il déclaré à sa sortie de la cour.

Le septuagénaire de Val-des-Monts nierait catégoriquement sa culpabilité.

Le père incestueux de Val-des-Monts doit répondre à un total de 12 chefs d'accusation criminelle. La Couronne a autorisé sept chefs concernant la première victime, la semaine dernière, et cinq autres concernant la deuxième, hier. La première est la soeur aînée de la deuxième.

Voici les cinq nouveaux chefs d'accusation concernant la deuxième victime.

Entre le premier janvier 1972 et le 3 novembre 1981, à Gatineau, étant une personne de sexe masculin, a eu des rapports sexuels avec (...), une personne de sexe féminin qui n'était pas son épouse et qui avait moins de 14 ans.

Entre le 3 novembre 1979 et le 3 novembre 1981, à Gatineau, a commis l'inceste avec (...), sachant que cette personne était son enfant.

Entre le 3 novembre 1981 et le 3 novembre 1983, à Gatineau, étant une personne de sexe masculin, a eu des rapports sexuels avec (...), une personne de sexe féminin ayant plus de 14 ans, mais moins de 16 ans qui n'était pas son épouse et qui était de moeurs antérieurement chastes.

Entre le 3 novembre 1983 et le 3 novembre 1984, à Gatineau, a agressé sexuellement (...).

Entre le 3 novembre 1983 et le 3 novembre 1984, à Gatineau, a commis l'inceste avec (...) sachant que cette personne était son enfant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer