Peine aux adultes pour la meneuse du trio d'adolescentes proxénètes

La jeune accusée a mené ses plans avec... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La jeune accusée a mené ses plans avec deux autres adolescentes, moins impliquées dans le processus. Celles-ci ont plaidé coupables et ont obtenu des peines réduites.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Cour de l'Ontario impose une sentence de six ans et demi de pénitencier à une adolescente qui a forcé d'autres jeunes filles à se prostituer, alors âgée de 15 ans.

La Couronne a obtenu gain de cause avec une peine aux adultes, malgré le bas âge de celle considérée comme la meneuse d'un réseau de traite de personnes, dans les rues d'Ottawa, en 2012.

Souvent décrite comme intelligente et manipulatrice, l'adolescente, qui utilisait comme nom de rue «Kazzell», attirait des adolescentes sur Facebook en leur proposant d'aller magasiner, fêter ou écouter des films.

Les victimes étaient battues, droguées et rapidement forcées à se vêtir de façon provocante et à donner leur corps à des hommes adultes, qui avaient parfois l'âge de leurs pères. Certains clients étaient des malfrats sans vergogne, alors que d'autres ont renvoyé les filles en leur donnant de l'argent pour le taxi.

La cour a notamment entendu l'histoire troublante d'une adolescente qui avait accepté l'invitation de l'accusée, croyant qu'un groupe d'amies se réunissaient pour une soirée cinéma «entre filles». Elle s'y est présentée en pyjama, avec son ours en peluche et son sac de croustilles. Rendue à destination, la fille au pyjama a plongé en plein cauchemar. Elle a été menacée, brutalisée, droguée, habillée de force et livrée à des hommes adultes.

Comme dans plusieurs autres cas, «Kazzell» a maquillé les filles comme peuvent l'être les femmes adultes, dans les productions pornographiques. Trop jeune pour avoir son permis de conduire, la proxénète employait des chauffeurs sur le marché noir pour faire «livrer» ses victimes aux clients.

«Méprisable»

Cette affaire, qui a fait le tour du pays, est terminée, à moins que la défense ne porte la décision en appel. «Nous réfléchissons à toutes les possibilités, incluant celle de faire appel», a déclaré l'avocat de la défense, Ken Hall, à sa sortie de la cour.

La jeune accusée a mené ses plans avec deux autres adolescentes, moins impliquées dans le processus. Celles-ci ont plaidé coupables et ont obtenu des peines réduites. L'une d'elles a obtenu une sentence de trois ans, le maximum permis par la Loi sur les jeunes contrevenants.

La décision de la juge Diane Lahaie a visiblement soulagé plusieurs victimes et proches de celles-ci, entassés dans la petite salle d'audience, hier matin. La magistrate a décrit le réseau dirigé par la menue jeune femme comme étant «vicieux» et «haineux», et ses crimes ont été qualifiés de «méprisables». La cour compte cinq victimes.

L'accusée, aujourd'hui âgée de 18 ans, a été reconnue coupable de 27 chefs de traite de personne, proxénétisme, agression sexuelle, menaces et séquestration.

Compte tenu du temps de détention préventive, «Kazzell» doit purger encore deux ans et 325 jours. Son identité doit toujours demeurer confidentielle à cause de son âge au moment des faits. Son nom pourrait toutefois devenir public, si le tribunal accepte d'éventuelles requêtes de médias locaux.

La détective Carolyn Botting, de la police d'Ottawa, a assisté à toutes les étapes du procès.

Elle est devenue le visage de la poursuite dans ce dossier. C'est elle qui accompagnait les victimes et leurs familles, qui a reçu les confidences, et mené le dossier à terme.

«C'est important de reconnaître que ce sont les filles (qui sont allées voir la police) avec leurs familles. La route a été longue pour elles.»

«C'est leur force qui nous mène ici, aujourd'hui», a ajouté le sergent Kelly Lyle.

À la fin de sa décision, la juge s'est adressée brièvement à l'adolescente. «Tu peux choisir de devenir un actif pour la société.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer