Terrorisme: les étudiants du collège de Maisonneuve ont été dénoncés à la GRC

El Mahdi Jamali, 20 ans, et Sabrine Djermane, 21 ans... (Photo tirée du compte Twitter de Radio-Canada)

Agrandir

El Mahdi Jamali, 20 ans, et Sabrine Djermane, 21 ans

Photo tirée du compte Twitter de Radio-Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

C'est une dénonciation confidentielle qui a mené la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à s'intéresser au jeune couple d'étudiants du collège de Maisonneuve, à Montréal, actuellement jugé pour divers crimes liés au terrorisme, a-t-on appris mercredi au procès.

El Mahdi Jamali, âgé de 20 ans, et Sabrine Djermane, âgée de 21 ans, sont accusés d'avoir tenté de quitter le Canada en vue de commettre un acte terroriste à l'étranger, de possession d'une substance explosive dans un dessein dangereux, d'avoir facilité un acte terroriste et d'avoir commis un acte au profit ou sous la direction d'un groupe terroriste.

Dans sa déclaration d'ouverture aux jurés, mercredi matin, la procureure de la Couronne Lyne Décarie avait résumé la cause en une formule: le groupe armé État islamique, un jeune couple qui souhaite quitter le Canada pour se joindre à ce groupe terroriste, et la découverte d'une recette et de quelques ingrédients pour fabriquer une bombe.

La procureure Décarie avait dévoilé mardi la liste des 31 témoins, policiers et civils, que la Couronne souhaite appeler à la barre au cours de ce procès qui doit durer 10 semaines, en Cour supérieure à Montréal.

C'est l'enquêteur Kevin Rouleau, de la GRC, qui a été le premier témoin entendu, mercredi. Il a raconté que son bureau avait reçu le 10 avril 2015 une information sur les accusés provenant d'une source qui souhaite garder l'anonymat. Cette source précisait que le jeune homme avait publié sur sa page Facebook une photo du drapeau de Daech (le groupe armé État islamique).

L'enquêteur Rouleau a indiqué au tribunal qu'il avait rencontré le soir même, séparément, la source et la jeune accusée. Il aurait alors rappelé à Mme Djermane que les policiers enquêtaient sur des étudiants du collège de Maisonneuve, une institution fréquentée par plusieurs jeunes Montréalais partis ensuite faire le djihad en Syrie. La jeune femme semblait alors affable et à l'aise, malgré la présence des policiers, a raconté l'enquêteur mercredi.

La Couronne a l'intention de démontrer que les deux étudiants avaient la ferme intention de se rendre au Moyen-Orient pour joindre le djihad, et qu'ils avaient accumulé chez eux du matériel destiné à fabriquer des bombes.

Une « recette » de bombe

Dans sa déclaration d'ouverture, mercredi matin, Mme Décarie avait qualifié de déterminante cette date du 10 avril 2015, qui mènera, quatre jours plus tard, à l'arrestation du jeune couple. La police a aussi procédé alors à plusieurs perquisitions dans l'appartement du couple et chez les parents de M. Jamali.

Mme Décarie a soutenu mercredi matin que les policiers viendront plus tard raconter au tribunal ce qu'ils ont trouvé: un reçu pour la délivrance de passeports, une valise toute neuve remplie de vêtements dont on n'avait même pas encore retiré les étiquettes de prix, et un billet d'avion pour un départ prévu en mai, entre autres documents.

Et sur une table de nuit, a soutenu Mme Décarie, un policier a découvert, sur deux pages, une « recette » pour fabriquer une bombe, transcrite de la main de M. Jamali. La Couronne entend prouver que cette recette avait été repiquée mot pour mot d'une publication d'Al-Qaïda.

Les policiers de la GRC ont aussi découvert un sac contenant des éléments nécessaires à la fabrication d'une bombe, qui auraient été achetés dans un magasin à un dollar. Des experts en explosifs ont trouvé plus tard d'autres articles pouvant servir à la fabrication d'une bombe, de même qu'une liste qui aurait été écrite par Mme Djermane. Les téléphones cellulaires des accusés ainsi que trois ordinateurs et une tablette électronique ont aussi été saisis et fouillés.

Mme Décarie a déjà annoncé que son dernier témoin sera un expert sur la Syrie, sur Daech et sur son idéologie. Ce témoin commentera notamment une vidéo de propagande où un jeune Canadien, John Maguire, appelle ses « frères musulmans » à commettre des attentats visant des Canadiens. Dans cette vidéo, a plaidé Mme Décarie, John Maguire demande aux musulmans de faire un choix: soit faire leurs bagages, acheter un billet d'avion et se joindre à Daech à l'étranger, soit préparer des explosifs, aiguiser leurs couteaux et perpétrer un attentat au Canada.

La Couronne entend bien démontrer qu'El Mahdi Jamali et que Sabrine Djermane ont précisément répondu à cet appel, a plaidé Mme Décarie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer