La prison pour un vol de fromage

Une femme écope d'une peine de quatre mois... (123RF)

Agrandir

Une femme écope d'une peine de quatre mois d'emprisonnement pour avoir volé un morceau de fromage dans un supermarché.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Loin d'avoir commis le crime du siècle, une femme de 71 ans a reçu une peine de quatre mois d'emprisonnement dans la communauté, jeudi, au palais de justice de Gatineau. Le délit : le vol d'une brique de fromage, au Maxi du boulevard Saint-Joseph, dans le secteur Hull.

Cette peine semble très longue pour un tel larcin. Le juge Jean-François Gosselin, de la Cour du Québec, a expliqué que la répétition des petits vols perpétrés par la dame, depuis deux ans, allongeait sa liste d'antécédents judiciaires et de récidives.

« Cela peut sembler beaucoup pour un vol de fromage, a dit le magistrat, au palais de justice de Gatineau. Mais c'est dur de reculer (en rendant des sentences moins sévères que les premières) si, chaque fois, il y a une récidive. »

La femme a récemment été condamnée à exécuter des travaux communautaires pour des infractions semblables.

Petite et frêle, la dame au revenu très modeste a dit comprendre le message du tribunal. En plus du juge, des procureurs de la Couronne et de la défense, deux témoins responsables de la sécurité du Maxi devaient donner leur version des faits, jeudi.

Ils n'ont pas eu à témoigner devant le juge. L'accusée a eu besoin de quelques minutes pour plaider coupable à un chef d'accusation de vol de moins de 5 000 $, dans le cadre d'une proposition commune de la défense et du ministère public.

« Si on donne une sentence moins sévère que la précédente, a conclu le juge Gosselin, c'est comme si on vous encourageait à le refaire. »

Plusieurs détaillants traduisent automatiquement les voleurs en justice, peu importe le montant des biens subtilisés.

Selon l'Association des détaillants en alimentation du Québec, plus de 600 millions de dollars de marchandise sont volés chaque année. 

L'association estime que le vol à l'étalage fait perdre à chaque épicier environ 1 % de son chiffre d'affaires annuel.

Le tribunal a épargné les frais judiciaires de 300 à 400 $ à la femme. « Madame est dans l'indigence », a rajouté le juge. « Ça va être assez comme cela. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer