Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les faits divers du jour, en quelques mots.

La SPCA recommande des lois avec du mordant

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Courtoisie) - image 3.0

Agrandir

Courtoisie

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de l'Ontario recommande à Queen's Park de légiférer afin d'interdire les zoos exhibant des bêtes uniquement à des fins commerciales.

La SPCA a fait la suggestion dans une déclaration qu'elle a publiée jeudi sur l'enquête qu'elle mène concernant des allégations de maltraitance au zoo Papanack situé à Wendover, à l'est d'Ottawa. 

L'organisation a indiqué jeudi qu'elle ne fera aucun commentaire sur son investigation pour le moment afin d'en préserver l'intégrité.

« Nous comprenons et respectons l'intérêt du public dans ce dossier et, pour cette raison, nous dévoilerons toutes les informations qui pourront être rendues publiques en temps et lieu », a précisé la SPCA-Ontario dans un communiqué.

Des militants des droits des animaux manifestent régulièrement à Wendover, réclamant la fermeture du zoo Papanack. En outre, un lion avait été abattu par le propriétaire du zoo en mars 2016 après s'être échappé de son enclos.

La SPCA croit que le gouvernement de l'Ontario doit mettre en oeuvre des lois, où renforcer celles existantes, pour s'assurer que les animaux dans les zoos ont le maximum de protection.

« La SPCA de l'Ontario croit que les animaux qui sont exposés dans les zoos uniquement pour procurer des gains financiers est un modèle d'affaires dépassé auquel on doit mettre fin », a signalé l'organisation.

La SPCA demande aussi à Queen's Park qu'au moins quatre procureurs soient spécialisées dans les droits pour le bien-être des animaux pour aider aux procédures devant les tribunaux, et elle exige que des ressources et des fonds suffisants soient disponibles pour les inspections des zoos.

L'organisation demande aussi aux municipalités qu'elles aient des règlements interdisant les zoos exclusivement à but commercial, et qu'elles prohibent la propriété privée d'animaux exotiques.

Pincé à 166 km/h dans une zone de 70

Un jeune automobiliste ne détenant qu'un permis d'apprenti et contre qui pesait une interdiction de conduire, a été épinglé pour grand excès de vitesse par les policiers de Gatineau alors qu'il filait à 166 km/h dans une zone où la limite maximale est de 70 km/h.

L'interception du Gatinois de 19 ans a eu lieu peu avant 3 h, dans la nuit de mercredi à jeudi, alors que des patrouilleurs du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) menaient une opération radar sur le boulevard La Vérendrye Ouest, non loin de la rue de Cannes. La voiture se dirigeait vers le pont Alonzo-Wright.

La vitesse du véhicule a été captée à 166 km/h, près de 100 km/h au-dessus de la limite permise à cet endroit.

« À la suite de l'interception, le conducteur [...] s'est identifié faussement au nom d'une tierce personne, a indiqué le SPVG. Lorsque sa véritable identité fut obtenue, les patrouilleurs ont constaté qu'il n'avait qu'un permis d'apprenti conducteur et qu'il faisait l'objet d'une interdiction de conduire en vertu du Code criminel. Par conséquent, l'individu devra faire face à des accusations criminelles de fraude à l'identité et d'avoir conduit un véhicule durant interdiction. »

Le constat d'infraction pour grand excès de vitesse qui lui a été remis comprend une amende de 1746 $ et 18 points d'inaptitude, tandis que celui pour avoir conduit sans être accompagné, tel que le prévoit la loi pour les détenteurs de permis d'apprenti, est assorti d'une amende de 311 $ et de quatre points d'inaptitude.

Les autorités ont saisi le véhicule du jeune homme pour 30 jours, et une suspension supplémentaire de sept jours de son permis a été inscrite à son dossier.

Pontiac ouvre un centre d'aide pour ses sinistrés

La municipalité de Pontiac a réuni une brochette d'organismes qui peuvent offrir du soutien aux résidents de l'endroit qui doivent, encore aujourd'hui, composer avec les répercussions des inondations du printemps.

Selon l'information partagée par Pontiac sur les médias sociaux, le centre sert à informer les sinistrés sur le programme d'aide financière du gouvernement du Québec et celui de la Croix-Rouge, ainsi qu'à offrir de l'aide pour la recherche de logement. Ceux qui en ressentent le besoin peuvent également y trouver des services psychosociaux et de l'aide afin de trouver le support médical et social nécessaire. Le centre d'aide de la municipalité de Pontiac regroupe la Croix-Rouge, le Service d'aide à la recherche de logement de l'Office municipal d'habitation de Gatineau, le Centre de justice de proximité, les Bureaux d'aide juridique de l'Outaouais, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais et le ministère de la Sécurité publique.

Ce service est disponible à la bibliothèque de Luskville (2024, route 148) les jeudis et vendredis, de 13h à 20h. À noter que les représentants du ministère de la Sécurité publique ne sont présents que les jeudis.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer