Reconnaissance des plaques d'immatriculation : un système fructueux

Jusqu'à 5000 plaques d'immatriculation par heure peuvent être... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Jusqu'à 5000 plaques d'immatriculation par heure peuvent être lues par le système de reconnaissance.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le système de reconnaissance des plaques d'immatriculation de la police d'Ottawa porte fruit. En un an d'utilisation, la technologie a permis à la police d'intercepter des centaines d'automobilistes pour des infractions au Code de la route et au Code criminel.

Le système aide la police à détecter, par exemple, des plaques d'immatriculation volées ou des conducteurs faisant l'objet d'une suspension de leur permis de conduire. 

La technologie relève le numéro de plaque et interroge une banque de données provinciale. Si des irrégularités sont décelées, l'agent en est avisé. Jusqu'à 5000 plaques par heure peuvent être lues par le système et ce, sans discrimination.

Mis en oeuvre vers la fin d'août 2016, la technologie a permis à la police d'Ottawa d'intercepter 140 conducteurs faisant l'objet d'une suspension ou d'une interdiction de conduire, et 255 conducteurs sans permis. De plus, le système de reconnaissance a miré sur 1706 vignettes d'immatriculation expirées. Aussi, quatre véhicules ou plaques volés ont été détectés, de même que deux personnes faisant l'objet de mandats. Plusieurs autres infractions ont été relevées.

« Notre unité emploie cette technologie depuis près de 12 mois, et elle a particulièrement bien réussi dans sa mission d'identification des conducteurs qui ne devraient pas se trouver sur nos routes », a indiqué le sergent Robert Cairns, des Services d'aide à la circulation de la police d'Ottawa.

« Nous n'avons pas acquis ce système en tant que ponction. C'est pour la sécurité routière. Nos priorités sont les personnes qui conduisent avec un permis suspendu et les dossiers criminels, comme les personnes recherchées », a ajouté le sergent Cairns.

Le policier se dit étonné par le nombre d'infractions repérées après un an d'utilisation, et il croit que ce n'est que la pointe de l'iceberg. 

Selon les chiffres du ministère des Transports de l'Ontario, il y aurait quelque 25 000 automobilistes avec un permis de conduire suspendu dans la région d'Ottawa, a précisé le sergent Cairns. On parle, entre autres, de personnes n'ayant pas acquitté des contraventions, n'ayant pas versé les pensions alimentaires des enfants ou pour des raisons médicales.

« Ce qui me surprend aussi c'est le nombre de personnes qui conduisent sans permis. Des gens ne se donnent tout simplement pas la peine de renouveler leur permis », a ajouté le sergent Cairns, précisant constater beaucoup le phénomène du côté des personnes âgées.

Le programme de reconnaissance des plaques d'immatriculation a commencé avec un appareil dans un véhicule des Services d'aides à la circulation, et un deuxième s'est ajouté.

L'achat des deux premiers appareils fut financé par le Programme d'amélioration de la sécurité des routes à Ottawa. Le Programme est un partenariat entre les services d'incendies, d'ambulanciers et de la police d'Ottawa, en collaboration avec Santé publique Ottawa et les travaux publics.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer