Frappé à 11 reprises par un préposé

Daniel Nassrallah, le petit-fils de M. Karam, souhaite des... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Daniel Nassrallah, le petit-fils de M. Karam, souhaite des changements importants pour protéger les personnes âgées et vulnérables.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un préposé aux bénéficiaires a été filmé alors qu'il donnait 11 coups de poing à un homme de 89 ans atteint des maladies d'Alzheimer et de Parkinson, dans une chambre d'un centre de soins de longue durée d'Ottawa.

Capture d'écran tirée de la vidéo montrant M.... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Capture d'écran tirée de la vidéo montrant M. Karam être agressé par le préposé aux bénéficiaires du Centre Garry J. Armstrong.

Courtoisie

La famille de Georges Karam, ce patient brutalisé par un travailleur de 44 ans, est sous le choc.

Son petit-fils, Daniel Nassrallah, a vu ces images grâce à une caméra installée dans la chambre de l'homme, qui réside au centre Garry J. Armstrong, sur le chemin Island Lodge.

Depuis deux ans, M. Nassrallah, un avocat de la capitale, remarquait que son grand-père subissait des blessures mystérieuses.

L'appareil a capté des images difficiles à regarder. On y voit l'employé, Ji Xiao, 44 ans, s'en prendre à l'homme vulnérable, couché sur son lit. Le patient, qui tremble et qui agite son bras faible, reçoit onze répliques au visage par celui qui semble aussi l'apostropher verbalement. On voit par ailleurs le préposé aux bénéficiaires pointer du doigt l'homme couché, à quelques centimètres de son visage.

Il donne ensuite plusieurs coups de poing rapides à la tempe et au menton de l'aîné, un ancien militaire d'origine libanaise s'exprimant difficilement en anglais. Sa langue maternelle est l'arabe.

M. Xiao a plaidé coupable, le 27 juin, à un chef de voie de fait. Il doit connaître sa sentence cette année.

Dans une note écrite au conseil municipal et au maire d'Ottawa, Jim Watson, la directrice générale des services communautaires et sociaux de la Ville d'Ottawa, Janice Brunelle, a dit prendre l'affaire très au sérieux. « Pourquoi cela a pris des mois avant d'écrire une telle lettre ? », pose-t-il.

L'agresseur a été renvoyé.

Selon le petit-fils, toutes les chambres de patients devraient être équipées de caméras comme la sienne.

« Il faut que le système change », plaide M. Nassrallah, qui a multiplié les entrevues, mardi. L'histoire de son grand-père s'est propagée partout au pays, soulevant l'ire et la colère de plusieurs internautes, sur les réseaux sociaux.

« Tous les centres de la province devraient être équipés de caméras. Pour le bien des familles et du personnel. »

« Sous le choc »

La scène a été filmée le 8 mars dernier. La majorité des coups et des menaces verbales se déroule en 3 minutes, lorsque le préposé change la couche et borde l'homme faible. 

On voit l'employé aller et revenir à côté du lit de la victime laissée à elle-même.

« Je ne pouvais pas y croire, a confié M. Nassrallah. Je n'étais pas capable de rester debout, tellement j'étais sous le choc. »

M. Nassrallah a vu la scène en direct, via Internet. Il a aussitôt appelé la police et a accouru sur les lieux.

À son arrivée, les policiers étaient déjà présents. Ils ont visionné la vidéo, et procédé aussitôt à l'arrestation de l'employé, qui s'apprêtait à quitter le centre de soins par la porte avant.

Le pauvre homme n'a pas subi de blessures physiques à la suite de cette affaire. La famille dit posséder d'autres informations compromettantes concernant le personnel de l'endroit. « Ce n'est pas la première fois que mon grand-père subit des torts. »

La famille songe à poursuivre l'établissement en dommages et intérêts.

Georges Karam, atteint de Parkinson et d'Alzheimer, a... (Etienne Ranger, Le Droit) - image 2.0

Agrandir

Georges Karam, atteint de Parkinson et d'Alzheimer, a été brutalisé par un préposé aux bénéficiaires. Ce dernier a même été filmé lors de son agression.

Etienne Ranger, Le Droit

«Nous sommes extrêmement troublés»

La directrice des Services communautaires et sociaux de la Ville d'Ottawa, Janice Brunelle, dénonce ouvertement la scène brutale qui s'est produite le 8 mars dernier, dans le foyer de soins de longue durée Garry J. Armstrong.

Dans une lettre au maire Jim Watson et au conseil municipal d'Ottawa, Mme Brunelle confirme qu'après l'agression d'un patient par un employé, la direction a «immédiatement retiré le préposé du foyer et informé le ministère de la Santé et des Soins de longue durée» de la situation».

«Nous sommes extrêmement troublés par cet incident», écrit Mme Brunelle.

Le préposé visé, Ji Xiao, 44 ans, a été congédié par la Ville d'Ottawa.

Mme Brunelle confirme de plus que la Ville a reçu «un avis d'intention d'entamer des procédures judiciaires contre la Ville (provenant) d'un cabinet d'avocats agissant comme procureur pour le compte du résident concerné et des membres de sa famille».

Les petits-fils de la victime, Georges et Daniel Nassrallah, sont avocats.

Pour l'instant, aucune procédure ou poursuite officielle n'a été déposée.

«Il n'y a aucune excuse pour justifier des lacunes, même momentanées, dans les normes de qualité élevée que les résidents, leurs familles et nous-mêmes nous attendons des personnes à qui nous confions les soins de ceux et de celles pour qui nos établissements sont la maison», ajoute la directrice de services communautaires et sociaux, responsable de l'établissement de soins de longue durée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer