Augmentation inquiétante de la violence

Des citoyens se sont réunis mercredi soir au... (Simon Séguin-Bertrand, Archives Le Droit)

Agrandir

Des citoyens se sont réunis mercredi soir au Centre récréatif Jim Durrell, à Ottawa, pour trouver des solutions à l'égard de la violence dans les rues de la capitale fédérale.

Simon Séguin-Bertrand, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La violence dans les rues soulève beaucoup d'inquiétudes chez les résidents d'Ottawa. Et cette violence a évolué au cours des trois dernières années, selon la directrice générale de Prévention du crime Ottawa, Nancy Worsfold.

Des citoyens se sont réunis mercredi soir au Centre récréatif Jim Durrell, à Ottawa, pour trouver des solutions à l'égard de la violence dans les rues et ainsi mettre à jour la Stratégie d'Ottawa relative aux bandes de rue, élaborée en 2012 par Prévention du crime Ottawa.

« Il y a quatre ans, on avait des discussions sur la drogue et les gangs de rue. Mais la discussion s'est transformée. Maintenant, on parle de violence dans les rues, a indiqué le chef de la police d'Ottawa, Charles Bordeleau. Les gens ont de plus en plus recours aux armes. »

La stratégie adoptée par Prévention du crime Ottawa s'attaque au problème de bandes de rues. Et même si elle a permis de « s'attaquer efficacement à [ce] problème social complexe » depuis trois ans, l'organisme estime qu'il est primordial de renouveler cette stratégie et de l'adapter aux réalités d'aujourd'hui.

Parce que c'est justement cette réalité changeante qui inquiète les résidents.

« Je n'aime plus marcher seule le soir dans la rue. Il y a eu deux meurtres à deux blocs de chez moi, alors je n'aime pas ça, a exprimé l'une des bénévoles qui animait la discussion, Chantal Hurtubise. Je n'ai pas peur pour ma peau, mais je ne veux pas être témoin de cette violence. »

Agression à l'arme blanche devant un Jean Coutu... (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit) - image 2.0

Agrandir

Agression à l'arme blanche devant un Jean Coutu sur le chemin Montreal dans le secteur Vanier d'Ottawa.

Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Au cours de la discussion, les citoyens ont notamment proposé de porter plus attention aux secteurs commerciaux - comme le marché By - et de mettre l'accent sur l'éducation et la prévention.

« C'est quand j'ai déménagé dans la basse-ville d'Ottawa que j'ai vraiment été témoin de cette violence, a confié une résidente, Lyse-Pascale Inamuco. Il faut trouver une bonne façon d'informer les gens pour qu'ils sachent quoi faire et qui appeler dans différentes situations. Pour l'instant, on n'a pas vraiment accès à cette information. »

« Je crois que les 25 dernières années nous rattrapent. La violence dans les films et dans les jeux vidéos, l'information sur Internet, les guerres... Nos erreurs nous rattrapent, a ajouté Mme Hurtubise. C'est comme si le sol était instable, et là tout le monde capote un peu. »

Prévention du crime Ottawa a également effectué un sondage en ligne auprès des résidents d'Ottawa pour entendre leurs commentaires quant au problème de violence dans les rues.

« Les idées proposées ce soir prendront peut-être un an ou deux à se réaliser, c'est une démarche à long terme. Mais on veut vraiment faire bouger les choses », a indiqué la directrice générale, Mme Worsfold.

En bref

Un adolescent blessé par balle à Ottawa

Un homme « en fin d'adolescence » a été blessé par balle dans une autre fusillade survenue dans la nuit de mardi à mercredi, vers 1 h, près des avenues Ledbury et Banff, à Ottawa.

Les autorités ont reçu des appels faisant état de coups de feu et ont trouvé le jeune homme blessé sur les lieux. Il a été transporté à l'hôpital.

Selon les ambulanciers, ses blessures ne mettent pas sa vie en péril. Les auteurs de la fusillade ont quitté les lieux du crime avant l'arrivée des policiers, mais les agents ont pu localiser et arrêter un individu en lien avec cette affaire.

« L'homme ne peut être identifié, puisqu'il s'agit d'un jeune contrevenant », a indiqué le Service de police d'Ottawa (SPO), par communiqué. Les autorités sont toujours à la recherche d'un ou de plusieurs suspects. Une enquête est menée par l'Unité des armes à feu et des bandes de rue du SPO.

Watson ne s'alarme pas

Le maire Jim Watson ne s'alarme pas malgré la série d'incidents criminels survenus depuis une semaine à Ottawa, dont le meurtre dans la nuit de dimanche à lundi d'un jeune homme à la sortie d'un bar de la rue Rideau.

Quelques jours plus tôt, une fusillade a aussi eu lieu et un individu a été poignardé non loin de là, tandis qu'un adolescent de 17 ans a été atteint par balles lors d'une autre fusillade survenue dans la nuit de mercredi près des avenues Ledbury et Banff, dans le sud de la capitale.

« Les policiers sont intervenus rapidement. Et dès vendredi, il y en a aura plus sur le terrain car tous les policiers qui oeuvrent dans les écoles durant l'année scolaire seront redéployés dans le marché By et le centre-ville. [...] Une seule fusillade ou un seul meurtre, c'est inacceptable, mais la réalité, c'est qu'on a une très forte présence policière et qu'une bonne partie du budget du Service de police va dans des secteurs comme Vanier, la Basse-Ville ou le marché By. Il y a plus de couverture à ces endroits que n'importe où ailleurs sur le territoire. Mais je le répète, on ne peut pas avoir un agent à tous les coins de rue », affirme-t-il.

M. Watson soutient que de déployer les policiers autant en autopatrouille, qu'à pied ou à vélo est certes une bonne stratégie pour prévenir le crime.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer