Le coroner ordonne une enquête sur le décès de Brandon Maurice

Brandon Maurice a été abattu par un policier... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Brandon Maurice a été abattu par un policier de la Sûreté du Québec (SQ) en novembre 2015, à Messines.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une enquête publique a été ordonnée par la coroner en chef, Chaterine Rudel-Tessier, sur le décès de Brandon Maurice, 17 ans, survenu lors d'une intervention policière en Haute-Gatineau, en novembre 2015.

«L'enquête a été confiée à Me Luc Malouin, coroner en chef adjoint, et devrait avoir lieu à l'automne 2017 dans la région de l'Outaouais, a indiqué le Bureau du coroner. Cette enquête devrait permettre, entre autres par l'audition de témoins, de faire la lumière sur les évènements et sur les circonstances ayant mené au décès de M. Maurice. S'il y a lieu, le coroner pourra également formuler des recommandations pour une meilleure protection de la vie humaine.»

Brandon Maurice est décédé le 16 novembre 2015 après avoir reçu un projectile d'une arme à feu, au terme d'une poursuite en voiture. Le véhicule conduit par le jeune homme avait traîné un agent de la Sûreté du Québec (SQ) qui avait alors dégainé son arme pour tirer sur l'adolescent.

Le jour même, une enquête indépendante avait été confiée au Service de police de la Ville de Montréal.

Aucune accusation

En juin 2016, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) avait annoncé qu'aucune accusation n'allait être portée, en précisant que les policiers de la SQ impliqués dans cette intervention n'avaient «commis aucune infraction criminelle».

Le DPCP avait résumé, dans son communiqué, les détails de cet événevement survenu vers 1h30, la nuit du 16 novembre 2015. Une voiture-patrouille de la SQ, à bord de laquelle se trouvaient deux policiers, s'était approchée du véhicule conduit par l'adolescent, avec les gyrophares allumés, dans le but d'effectuer une vérification liée au Code de la sécurité routière. Selon les policiers, «plusieurs infractions» avaient été commises, «tant au niveau de sa vitesse que des arrêts obligatoires», indiquait le DPCP. Une poursuite policière s'est ensuite déroulée sur environ 10 kilomètres, avant que Brandon Maurice ne s'engage dans un chemin sans issue, puis dans un sentier boisé non éclairé. Une fois le véhicule immobilisé, les policiers sont sortis de leur voiture-patrouille.

L'adolescent n'obtempérant pas aux ordres le sommant de sortir de son véhicule, un policier s'est retrouvé avec un avant-bras dans la voiture. Le véhicule s'est mis à avancer alors que Brandon Maurice tenait le bras du policier, incapable de se déprendre. «Pour se protéger, il embarque le haut de son corps dans l'habitacle, mais il est incapable d'entrer ses jambes, indiquait le DPCP. Sa main droite, dans laquelle il tient son arme, entoure le conducteur par l'arrière [...]. Il somme le conducteur d'arrêter son véhicule à quelques reprises. Il lui dit une dernière fois d'arrêter ou il va faire feu sur lui. Il constate que le conducteur n'obtempère pas puisque le moteur du véhicule tourne à plein régime. Le policier tire un coup de feu en direction du conducteur et le véhicule s'immobilise.»

Le décès de Brandon Maurice a été constaté à l'hôpital. Le DPCP avait conclu que l'intervention policière était «légale». «Le policier qui a fait feu croyait qu'il avait des motifs raisonnables d'estimer que la force appliquée contre le conducteur du véhicule était nécessaire pour sa propre protection contre la mort ou l'infliction de lésions corporelles graves».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer