Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les faits divers du jour, en quelques mots.

La fuite de gaz au centre-ville d'Ottawa a été colmatée

L'importante fuite de gaz qui avait forcé l'évacuation d'édifices et de rues du centre-ville d'Ottawa, mardi après-midi, a été colmatée en fin de journée. Toutes les routes ont été rouvertes à la circulation. La Ville d'Ottawa a indiqué par communiqué que la conduite de gaz avait été fermée en tout sécurité et que « le Service des incendies d'Ottawa a réalisé une analyse environnementale de chaque immeuble et jugé la réintégration sans danger. » L'incident serait lié aux travaux de construction du train léger qui ont lieu à l'intersection des rues Queen et O'Connor.

Les services d'urgence ont reçu l'appel concernant la fuite de gaz vers 13 h 20. Entre autres, le World Exchange Plaza a été évacué de façon préventive. Des édifices fédéraux ont aussi été visés, près de la rue O'Connor. Sur Twitter, le Service des paramédics d'Ottawa a indiqué que personne n'a été incommodé gravement par la fuite de gaz et qu'aucun transport à l'hôpital n'a été nécessaire.

Enfant martyr de Kanata: le père va en appel

L'ex-policier de la GRC reconnu coupable d'avoir martyrisé son fils de 11 ans, en 2013 à Ottawa, en appelle de sa sentence de 15 ans de pénitencier. L'homme, dont on doit taire l'identité pour protéger celle de son fils mieux connu comme « l'enfant martyr de Kanata », a subi un procès fort médiatisé. Son avocat a déposé sa requête en appel de la sentence le 25 avril. Selon la défense, l'homme souffrait du syndrome post-traumatique au moment des événements.

Le juge Robert Maranger n'aurait pas donné assez de poids à cet argument de l'avocat Robert Carew, qui demandait une peine inférieure à celle-ci, soit entre 5 et 7 ans. L'accusé aurait souffert de la guerre au Liban, dans son enfance.

Il aurait été violé et battu. L'accusé était affecté à l'escouade du contre-terrorisme à la GRC. Amaigri, l'enfant avait réussi à s'échapper de sa maison, où il a été agressé sexuellement, enchaîné, battu, humilié, et affamé.

L'acquittement de l'abbé Amesse est une «bonne nouvelle»

L'archevêque d'Ottawa, Mgr Terrence Prendergast, considère que l'acquittement de M. l'abbé Stephen Amesse est une «bonne nouvelle», selon un communiqué de l'Archidiocèse d'Ottawa. «Lorsque l'abbé Stephen Amesse a été inculpé en décembre 2014, je l'ai immédiatement retiré de l'exercice de tout ministère et lui ai interdit de se présenter en tant que prêtre catholique», a expliqué M. Prendergast. «À la lumière du verdict [de mardi], je vais discuter, avec toutes les parties concernées, comment l'abbé Amesse peut mieux servir l'Église d'Ottawa. Nous entendons prendre connaissance de la décision du juge afin de nous éclairer à ce sujet», a-t-il poursuivi.

Le prêtre Amesse était accusé d'agression et de contacts sexuels envers un jeune garçon de 14 ans. Il a été déclaré non coupable mardi. M. Prendergast n'émettra aucun autre commentaire à propos de cette affaire.

Marc D'Amours nommé juge

Marc D'Amours a été nommé juge à la Cour de justice de l'Ontario. Il présidera à la cour de L'Orignal. Membre de l'Association des juristes d'expression française de l'Ontario (AJEFO), M D'Amours a été admis au Barreau du Nouveau-Brunswick en 1990 et au Barreau de l'Ontario en 1992.

Il a plaidé devant la Cour de justice de l'Ontario, la Cour supérieure de justice de l'Ontario et la Cour d'appel de l'Ontario. Depuis de nombreuses années, M. D'Amours participe activement à la vie communautaire dans l'Est ontarien en soutenant divers oeuvres de bienfaisance, ainsi que des équipes sportives et des organismes locaux.

Il est fondateur de l'organisme pour le parc de Sacha, un organisme voué à la construction d'un parc municipal accessible à L'Orignal. « La nomination de juges bilingues constitue une étape essentielle afin d'assurer l'accès équitable à la justice dans les deux langues officielles », a affirmé Mathilde Hountchégnon de l'AJEFO.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer