Double meutre: son meilleur ami l'a conduit au poste

David A. Lepage doit revenir en cour le... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

David A. Lepage doit revenir en cour le 12 juin, cette fois au palais de justice de Mont-Laurier, puisque le crime a été commis dans le district judiciaire portant le même nom.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'homme de Notre-Dame-du-Laus accusé des meurtres prémédités de son ex-conjointe et de sa fille a été conduit au poste de police par son meilleur ami, quelques heures après le drame.

David Alexandre Lepage, 60 ans, a comparu sans dire un mot, lundi après-midi, au palais de justice de Gatineau.

Son avocat, Me Gérard Larocque, a indiqué à la cour que le meilleur ami de son client, Daniel Osborne, avait conduit le suspect jusqu'au poste de la Sûreté du Québec du secteur Hull, dans la nuit de dimanche à lundi.

L'avocat de la défense a fait cette affirmation en discutant de la nécessité ou non d'interdire au prévenu de parler à son ami, pendant toute la durée des procédures. 

Cet ami aurait fourni des éléments de preuve à la SQ.

Selon les documents de la cour, Lepage a, « le, ou vers le 9 avril », causé la mort de Priscilla Lee Bond, son ex-conjointe, et de Gabrielle Lepage, une adolescente de 15 ans que la cour ne nomme pas, n'indiquant que les initiales « G.L. ».

Cependant, la page Facebook de la victime, ainsi que des résidents du secteur de Notre-Dame-du-Laus, la lient à sa mère, Mme Lee Bond.

La SQ aurait reçu les aveux du suspect dans la nuit du 9 au 10 avril, peu avant 3 h.

Visiblement fatigué dans le box des accusés, le prévenu est resté muet lors de sa comparution. Le regard fixé au sol, il a faiblement acquiescé lorsque la juge Anouk Desaulniers lui a demandé s'il comprenait ce qui se passait dans la salle de cour.

Lepage, cheveux très courts, portant une moustache et une barbichette grisonnantes, portait un chandail à l'effigie d'un loup, et un pantalon de sport Adidas. Il a repris le chemin de la prison, menottes aux poignets.

La procureure de la Courone, Me Stéphany Robitallle, s'est opposée à la remise en liberté provisoire de l'individu. Elle a aussi demandé que le prévenu ne s'adresse pas à M. Osborne, ainsi qu'à la famille de Priscilla Bond.

Finalement, M. Osborne pourra s'adresser à son meilleur ami, mais que pour les affaires judiciaires, en présence d'un avocat.

Le suspect doit revenir en cour le 12 juin, cette fois au palais de justice de Mont-Laurier, puisque le crime a été commis dans le district judiciaire portant le même nom.

David A. Lepage résidait dans la maison où s'est produit le drame, toujours selon les documents de la cour.

L'accusé possède quelques antécédents judiciaires, dont le plus récent, en 2010, touche la Loi sur les pêcheries.

Lepage a été accusé de non-respect d'engagement de la cour en 2009, pour une affaire de drogue survenue en 2001, ainsi que d'autres crimes lui ayant valu un an et deux ans de détention dans les années 90-début 2000, dont introduction par effraction.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer