Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les faits divers du jour, en quelques mots.

Une convention collective pour les policiers gatinois

C'est plus qu'une nouvelle convention collective de cinq ans avec des augmentations salariales de 2 % par année pour les policiers qui ont été adoptés par le conseil municipal de Gatineau, mardi, a insisté le maire Maxime Pedneaud-Jobin. «C'est un moment important dans l'histoire de nos relations de travail», a-t-il lancé.

«Les relations de travail entre la Ville et ses policiers ont connu des années particulièrement difficiles, a rappelé M. Pedneaud-Jobin. Dans le passé, il y avait une logique d'affrontement, de part et d'autre, bien plus qu'une volonté de trouver des solutions. C'est sur cette époque-là qu'on tourne la page. La signature d'aujourd'hui (mardi) est représentative d'un véritable changement de culture qui s'opère dans nos relations patronales-syndicales et nous en sommes très fiers.»

Le président de la Fraternité des policiers de Gatineau, Jean-Pierre Bussière, n'a pas hésité à abonder dans le même sens que le maire. «Nous avons appris du passé, a-t-il dit. Malgré les différents obstacles rencontrés en cours de négociations, nous avons maintenu un respect mutuel. Les canaux de communications sont toujours demeurés ouverts.»

La convention collective des policiers sera en vigueur jusqu'au 31 décembre 2019. L'augmentation salariale de 10 % sur cinq ans respecte le cadre financier imposé par la Ville. Elle comprend aussi une restructuration du régime de retraite en conformité avec la loi 15. Les policiers indiquent avoir récolté quelques gains à l'intérieur de cette restructuration, notamment le déplafonnement des rentes et pour la retraite anticipée. 

Il s'agit de la 6e convention collective renouvelée par le conseil. Les cols blancs et les pompiers sont les groupes d'employés avec qui la Ville ne s'est pas encore entendue.

Retour des pompiers à la caserne 37

Les pompiers de la caserne 37 dans le sud d'Ottawa ont regagné leurs quartiers mardi après une invasion de rats dans leur édifice au cours de la fin de semaine. Le Service des incendies d'Ottawa a été informé mardi qu'aucun problème de qualité de l'air n'a été détecté par les ingénieurs responsables de la surveillance de la propriété sise sur le chemin Earl Armstrong, dans le secteur Riverside-Sud. Les sapeurs ont donc reçu le feu vert pour y retourner. La caserne a dû être temporairement fermée après que des rats y eurent élu domicile. Les pompiers avaient été affectés dans des casernes avoisinantes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer