«Il a failli mourir par ma faute»

La scène s'est produite le 29 octobre dernier,... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

La scène s'est produite le 29 octobre dernier, vers 4h, dans l'édifice à logements du 700, boulevard Saint-Joseph.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Se sentant pris « en embuscade », un homme s'est rué sur son hôte au terme d'une soirée bien arrosée dans le secteur Hull. Après avoir passé la soirée avec des connaissances communes, et développé un lien d'amitié, l'agresseur a appris que son nouvel ami était en fait l'ex de sa conjointe. Mathew Jeremy Lafortune a empoigné un couteau de cuisine pour en asséner un violent coup à sa victime.

La scène s'est produite le 29 octobre dernier, vers 4 h, dans l'édifice à logements du 700, boulevard Saint-Joseph. M. Lafortune avait passé la nuit chez sa victime, qu'il connaissait alors à peine. Les deux ont même joué une partie amicale de « beer pong ».

Plus tard, les deux se sont échangé leurs numéros de cellulaire. M. Lafortune a appris qui était vraiment son hôte.

« La victime dit qu'il est, en fait, l'ancien ami de coeur de la conjointe de M. Lafortune », explique l'avocate de la défense, Me Sophie Cadieux.

M. Lafortune avait appris, avant cette soirée, que sa conjointe avait eu une relation houleuse avec cet homme, dans le passé.

Lafortune, 27 ans, a pris un couteau de cuisine pour en donner un coup au foie de sa victime qui sortait de la salle de bain.

Le suspect a été rapidement arrêté.

La victime a failli mourir. D'ailleurs la Couronne avait déposé, au départ, une accusation de tentative de meurtre.

Le ministère public et la défense en sont finalement venus à une entente conjointe, ne retenant qu'une accusation de voie de fait grave, passible d'une période de trois ans de détention.

La juge Lynne Landry a pris l'affaire en délibéré.

L'accusé, sans antécédent judiciaire au moment des faits, a lu une lettre, précisant qu'il avait trouvé Dieu depuis son arrestation, et qu'il méritait d'être puni pour son geste.

« Je veux m'excuser (à la victime) pour ce que j'ai fait, a-t-il dit, émotif. Il est l'ami, le fils ou le frère de quelqu'un. Il a failli mourir par ma faute. Je te souhaite la joie et la santé », a conclu M. Lafortune, avant de quitter pour la prison.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer