Le « 126 » se montre au palais de justice

Le «126» proviendrait des 12e et 6e lettres... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Le «126» proviendrait des 12e et 6e lettres l'alphabet, soit LF, pour «La Familia».

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une enquête sur remise en liberté a braqué les projecteurs sur un nouveau gang lié au monde criminel, jeudi, au palais de justice de Gatineau. Alors qu'au moins un membre affichait les couleurs du « 126 », d'autres « frères » semblaient satisfaits de voir leurs supporteurs dans la salle d'audience.

Les constables ont d'ailleurs saisi un petit tournevis sur un des hommes qui assistait à l'audience. L'outil peut facilement être dissimulé dans un poing et servir de pic.

L'affaire qui a conduit Jean-Claude « Nino » Duciaume et Michel Lacroix en cour remonte au 30 janvier, lorsqu'un autre jeune homme, Vincent Proulx, a été passé à tabac. La victime, qui faisait partie de la même fraternité, aurait échoué à faire entrer de la drogue à la prison de Hull, et se serait alors mis à dos M. Duciaume.

Le principe bien connu dans le milieu carcéral consiste à « se ploguer » de la drogue emballée dans le rectum, et à remettre, ou à vendre la marchandise, à très fort prix, à des compagnons de détention. Proulx devait commettre un crime pour se faire arrêter et aller en prison. Mais le propriétaire du commerce visé n'a pas porté plainte. Le plan n'a pas fonctionné.

Selon la police, M. Proulx devait remettre le paquet à un certain détenu, Jean-Louis Jos Clark. Cet homme a déjà fait la manchette en 2009 et 2010. Aujourd'hui âgé de 29 ans, Clark a passé de nombreuses années en prison. Déjà, à 21 ans, le juge de la Cour du Québec Réal Lapointe lui avait servi un avertissement, lors du prononcé d'une lourde peine pour avoir battu un codétenu, avec d'autres complices, à coup de pic artisanal et de grille-pain. « Carrément décourageant », avait lancé le juge à Clark.

Hache

Le 30 janvier dernier, M. Proulx a failli y laisser sa peau, après avoir reçu huit coups de hache et au moins un coup de « barre à clous », dans le secteur de Val-des-Monts. Le jeune homme ne se rappelle pas comment il a fait pour revenir chez lui, à 45 minutes de marche. Duciaume et Lacroix ne sont pas accusés des mêmes chefs, puisque ce dernier n'aurait pas asséné de coups à la victime.

Le groupe est plus ou moins spécialisé dans les « burns » de drogue, qui consistent à perpétrer des braquages à domicile et des introductions par effraction dans des propriétés pour voler des stupéfiants.

Le « 126 », selon l'enquêteur Michel Mongeon, de la police de la MRC des Collines, proviendrait des 12e et 6e lettres l'alphabet, soit LF, pour « La Familia ». Les deux têtes dirigeantes seraient Clark et Duciaume.

Par ailleurs, le ministère public a fait savoir au juge Jean-Pierre Dumais que le détenu Duciaume aurait dit, lors de la pause du matin, que cette affaire était aussi bien ne pas se rendre jusqu'au procès, sans quoi il « s'occuperait » de M. Proulx.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer