Police d'Ottawa: un bracelet controversé

Le bracelet est vendu 2 $ par des agents...

Agrandir

Le bracelet est vendu 2 $ par des agents du SPO en appui à leur collègue.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La vente de bracelets en appui à Daniel Montsion, ce policier d'Ottawa accusé d'homicide involontaire en lien avec la mort d'Abdirahman Abdi après une intervention musclée en juillet 2016, préoccupe les hautes instances policières de la ville.

Les bracelets en caoutchouc bleu et noir sont une initiative de collègues du policier, qui a aussi été inculpé de voies de fait graves et d'agression armée le 6 mars par l'Unité des enquêtes spéciales de l'Ontario. 

Montsion portait des gants d'assaut renforcés aux jointures lorsqu'il a voulu maîtriser Abdi à la suite de son appréhension dans le quartier Hintonburg. La police était intervenue après avoir reçu des plaintes contre l'individu, un homme d'origine somalienne, qui aurait troublé l'ordre public dans le secteur.

Le numéro de matricule de l'agent Montsion de même que la mention « United we stand » (Tous unis) sont gravés sur les bracelets.

Le président de la Commission de services policiers d'Ottawa, Eli El-Chantiry, a indiqué que le Service de police d'Ottawa a fait, et continue de faire beaucoup d'efforts pour instaurer et tisser des liens avec la communauté, mais il croit que l'initiative du bracelet, même si elle est bien intentionnée, est « source de division ».

« Ces relations et cette confiance sont très fragiles, a précisé M. El-Chantiry. La Commission estime que les bracelets peuvent saper tous les efforts déployés par le service de police ».

Le chef du Service de police d'Ottawa (SPO), Charles Bordeleau, a précisé que le bracelet ne fait pas partie de l'uniforme des agents, et qu'il ne devrait pas être porté durant les heures de travail. Il a spécifié qu'il n'est pas une initiative du SPO.

« Nous devons prendre en considération la perception de ces bracelets par la communauté. Il y a eu beaucoup de commentaires négatifs, et nous devrions tous être préoccupés des impacts à long terme que cela pourrait avoir sur la confiance du public », a signalé le chef Bordeleau dans une note envoyée aux membres du SPO.

La Coalition pour la justice envers Abdirahman a exprimé son indignation et sa déception envers la campagne de solidarité lancée par des policiers d'Ottawa en appui au policier accusé.

« Le lancement de cette campagne de bracelets est une insulte directe à l'endroit de ceux qui luttent contre la brutalité policière. Qui plus est, il s'agit d'une insulte et d'un mépris total envers les souffrances de la famille Abdi qui sont toujours en deuil de la perte d'un des leurs », a lancé la Coalition dans un communiqué.

Les tentatives du Droit pour parler à un responsable de l'Association des policiers d'Ottawa furent infructueuses.

Daniel Montsion était absent du palais de justice d'Ottawa, mercredi, pour les premières procédures devant le tribunal. La cause devant un juge se poursuivra au mois de mai. Le policier est suspendu de ses fonctions, mais il continue d'être rémunéré.

Abdi était âgé de 37 ans lors de son décès.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer