Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les faits divers du jour, en quelques mots.

La signalisation comme excuse

Non, «ne pas connaître la signalisation de l'autre... (Courtoisie, SPVG) - image 3.0

Agrandir

Non, «ne pas connaître la signalisation de l'autre province» n'est pas une excuse valable lorsqu'on est attrapé pour excès de vitesse.

Courtoisie, SPVG

La police de Gatineau a fait un clin d'oeil à un automobiliste ontarien qui a tenté d'éviter une contravention, prétextant ne pas connaître la signalisation routière du Québec. Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a raconté l'anecdote sur sa page Facebook, mercredi. Le SPVG raconte cette « histoire vraie » qu'un de ses agents a vécue lors d'une opération de sécurité routière, lundi dernier. Intercepté, un contrevenant disant venir de l'Ontario a prétexté qu'il ne connaissait pas la signalisation du Québec. « Hmmm... bien essayé, lance le SPVG, sur sa page Facebook. Mais nous sommes un peu sceptiques. » Pour démontrer le ridicule de la chose, le SPVG a comparé le panneau de limitation de vitesse gatinois à celui de l'Ontario.

Feu dans un immeuble à condos

Plusieurs résidents d'un immeuble à condominimums à Gatineau ont dû être évacués mercredi soir lorsqu'un incendie s'est déclaré dans un des appartements du niveau supérieur. Les flammes se sont déclarées peu après 21 h 00 au 131, rue de Morency. Un ordre d'évacuation a été transmis par les policiers et les pompiers à leur arrivée sur les lieux parce que le feu était assez intense, a indiqué le Service de police de la Ville de Gatineau. L'ordre touchait aussi les résidents du 133, rue de Morency, et du 135, rue de Morency. Une trentaine de citoyens ont été évacués au total. Un autobus de la Société de transport de l'Outaouais a été dépêché sur les lieux afin de servir de refuge temporaire. Il n'y a aucun blessé. Les résidents du 133 et du 135, rue de Morency ont pu réintégrer leur logement vers 22 h 00. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de l'incendie.

Camion en feu

L'autoroute 50 en direction ouest à Gatineau a dû être fermée mercredi soir après qu'un camion-remorque de 45 pieds eut pris feu. La circulation a été déviée à la hauteur de la montée Paiement. Les pompiers de Gatineau ont été appelés sur les lieux afin de combattre l'élément destructeur. La cause de l'incendie était inconnue en fin de soirée.

À 24 heures de l'horreur

Un employé du quotidien Le Droit était à 24 heures de vivre l'horreur, à Londres.

En voyage en Angleterre, Raymond Bégin faisait comme plusieurs autres touristes, mercredi, en rassurant ses proches, en Outaouais, à la suite de l'attentat terroriste.

Le Gatinois et les siens ont visité précisément l'endroit où s'est produit le drame de mercredi. « On y était mardi, même heure. »

Le touriste de l'Outaouais avait bien sûr ouvert la télévision de sa chambre d'hôtel, située à deux kilomètres du lieu de l'attentat.

« Les ponts sont fermés et les avenues des environs aussi, dit-il. En ville, la station de métro Westminster est fermée, et il y a de la police partout où des gens pourraient faire des conneries. »

Le centre de Londres est fort achalandé, avec ses lieux touristiques et ses lieux de pouvoir, incluant les adresses de la famille royale.

« On remarque des policiers aux endroits névralgiques. »

En tant que touriste, dit-il, il n'a pas eu de « pépin ». M. Bégin prévoyait un certain retard dans ses déplacements, alors qu'il s'apprêtait à quitter Londres pour Édimbourg, en Écosse.

« C'est plutôt tranquille lorsqu'on sort du périmètre, dit le voyageur. Un peu comme cela s'est produit à Ottawa (lors de l'attentat de la Colline parlementaire du 22 octobre 2014), il n'y a rien qui se passe à un ou deux kilomètres de la scène. »

Le policier arrêté est identifié

La police de Gatineau confirme l'identité d'un de ses agents arrêté pour conduite avec les capacités affaiblies.

La Sûreté du Québec, responsable du dossier, a déposé deux accusations, autorisés mercredi par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Selon le DPCP, l'agent Mathieu Presseau, qui n'était pas fonction lors de son arrestation, a conduit avec un taux supérieur à 80 milligrammes d'alcool par 100 millilitres de sang.

«L'agent Presseau a été affecté à des tâches administratives en attendant de subir son procès», indique la police de Gatineau, par communiqué.

Le policier de 26 ans compte près de quatre ans de service.

L'arrestation a eu lieu le 5 février dernier.

Une intersection, deux heures, 27 contrevenants

Près d'une trentaine d'automobilistes ont été arrêtés pour cellulaire au volant, en moins de deux heures, à une seule intersection de Gatineau. La police a dressé le bilan de cette opération organisée lundi, à l'intersection du boulevard des Allumettières et de la rue Demontigny, dans le secteur des carrefours giratoires. «Entre 16h et 17h45, indique l'agente Andrée East, de la police de Gatineau, 27 contrevenants ont été pris en flagrant délit alors qu'ils conduisaient un véhicule routier en ayant en main un appareil muni d'une fonction téléphonique.» Les automobilistes ont reçu des contraventions de 127$ et quatre points d'inaptitude à leur dossier de conduite. «Un conducteur qui souhaite utiliser un appareil muni d'une fonction téléphonique doit le faire sans danger en s'immobilisant au préalable dans un endroit sécuritaire ou le stationnement est autorisé», rappelle l'agente East.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer