Échange sur les ravages du fentanyl

Le fentanyl est environ 100 fois plus puissant... (Archives Associated Press)

Agrandir

Le fentanyl est environ 100 fois plus puissant que la morphine et presque 40 fois plus fort que l'héroïne.

Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les ravages du fentanyl ont des échos dans les palais de justice, et celui de Gatineau ne fait pas exception.

Un détenu de 27 ans, qui recevait une sentence d'un peu plus d'un an pour drogue et braquage d'arme à feu, a brièvement témoigné des ravages d'une telle substance, devant le juge Richard Laflamme de la Cour du Québec, au début du mois.

Le juge et le justiciable ont abordé la question du fentanyl, un médicament d'ordonnance beaucoup plus puissant que la morphine, vendu sur le marché noir. L'un a prévenu de ses dangers, et l'autre a témoigné du décès d'un cousin, à la suite d'une consommation abusive de cette drogue.

«Vous aviez presque une pharmacie, des timbres de fentanyl, entre autres, a dit le juge Laflamme. Vous savez combien il y a eu de morts, en Colombie-Britannique, au cours du dernier mois de décembre? - Je suis bien au courant, a répondu l'accusé, Sébastien Collin-Émond. J'ai perdu mon cousin cet été à cause de ça.»

En décembre 2016 seulement, 142 personnes ont succombé à une surdose de drogue en Colombie-Britannique, alors que 60% seraient liées au fentanyl, a révélé Radio-Canada, la semaine dernière.

Plus de 900 personnes en sont mortes dans la dernière année.

Le juge a indiqué que les peines doivent refléter le danger qu'une telle substance représente.

«J'ose espérer que la mort de votre cousin ne sera pas vaine, puis que cela va vous donner un boost pour être capable de mettre fin à votre problème de consommation.»

Le magistrat a mis le détenu en garde contre les effets pervers et destructeurs de la consommation de drogues fortes, rappelant qu'à son jeune âge, il n'est pas trop tard pour briser le cycle de la toxicomanie menant à la criminalité. «N'attendez pas d'avoir 50 ans», a dit le juge Laflamme, qui voit dans la drogue le «dénominateur commun» des crimes reprochés à l'accusé.

Une période de probation de 18 mois débutera dès la sortie de prison de l'individu, qui s'est aussi vu interdire à vie de posséder une arme à feu.

Un fléau Les saisies de fentanyl se sont multipliées en Outaouais et dans l'Est ontarien, depuis 2016. La semaine dernière, douze personnes ont été arrêtées à Ottawa, en lien avec le trafic de fentanyl. Cet important réseau de distribution a été démantelé après une enquête de près de cinq mois. Des deux côtés de la rivière des Outaouais, les décès reliés aux surdoses de fentanyl se comptent maintenant par dizaines, annuellement.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer