Il volait des clés d'autos dans les portiques

Entre juillet et octobre 2015, le suspect s'est... (THINKSTOCK)

Agrandir

Entre juillet et octobre 2015, le suspect s'est introduit dans au moins cinq résidences gatinoises pour y dérober des objets se trouvant dans les portiques. À plusieurs reprises, il s'est emparé des clés de voiture laissées dans l'entrée, pour ensuite s'enfuir avec la voiture.

THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De Sherbrooke à Gatineau, un individu qui venait de sortir de prison après des introductions par effraction dans les Cantons-de-l'Est, en 2012, a reçu une peine de trois ans de pénitencier pour des crimes semblables survenus en Outaouais, en 2015.

Yan Cléroux-Girard a écopé trois ans de pénitencier, au palais de justice de Gatineau.

Déjà en 2013, le quotidien La Tribune de Sherbrooke écrivait que l'homme s'introduisait dans des maisons dont les portes n'étaient pas fermées à clé. Comme en 2012, le criminel, aujourd'hui âgé de 28 ans, a agi de la même façon, cette fois dans les secteurs Hull et Gatineau. Entre juillet et octobre 2015, le suspect s'est introduit dans au moins cinq résidences gatinoises pour y dérober des objets se trouvant dans les portiques. À plusieurs reprises, il s'est emparé des clés de voiture laissées dans l'entrée, pour ensuite s'enfuir avec la voiture.

Souvent en possession des cartes de crédit volées dans les mêmes propriétés, il a fait des transactions dans des stations-service, et perpétré quelques vols. Il a entre autres frustré une de ses victimes de 3 300 $. Une ordonnance de dédommagement a été prononcée par le juge de la Cour du Québec, Jean-François Gosselin. 

Un échantillon d'ADN a été prélevé sur M. Cléroux-Girard, qui devra respecter une période de probation de deux ans, à sa sortie de prison.

Détenu depuis 13 mois et demi, calculés à temps et demi, il doit purger encore 16 mois et demi avant d'être libéré. Il ne pourra être en possession d'outils de cambriolage, comme des pinces, des tournevis ou autre matériel permettant d'ouvrir des portes et des fenêtres illégalement. Le détenu, travailleur de la construction, pourra conserver ses outils, mais seulement dans le cadre de ses fonctions professionnelles, a mentionné le procureur de la Couronne, Me François Santerre.

Son avocate, Me Sophie Cadieux, a fait valoir que l'individu n'avait commis aucun geste violent, lors de la perpétration de ses crimes.

La police de Gatineau a relié l'individu à des introductions par effraction sur les rues Cayer, Farfadet, des Conifères, de Pradet et de la Sève.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer