La mère déçue de l'acquittement du conducteur

Maryse Beaulne, qui était âgée de 17 ans,... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Maryse Beaulne, qui était âgée de 17 ans, a été happée par deux voitures alors qu'elle tentait de traverser la route 307, tôt un matin de 2014.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Déçue » de l'acquittement du conducteur qui a mortellement happé sa fille Maryse, en 2014 à Cantley, Manon Lajoie a le sentiment que les personnes impliquées ont fait preuve d'aveuglement volontaire dans ce drame.

Cette semaine, la juge Anouk Desaulniers, de la Cour du Québec, a acquitté Patrick Mailloux du chef de délit de fuite mortel déposé contre lui après l'accident fatal du 14 octobre 2014.

La fille de Mme Lajoie, Maryse Beaulne, a été happée par un premier véhicule sur la route 307, En tentant de se relever, elle a été heurtée à nouveau, par une deuxième camionnette, soit celle que conduisait M. Mailloux.

Ce dernier dit avoir poursuivi sa route en croyant avoir percuté quelque chose comme un bac à recyclage. Il était 6 h 30, et la pénombre automnale rendait la vision difficile, sur ce tronçon de la route mal éclairé, à l'intersection de la rue Cardinal.

« Je suis très déçue, a dit la mère au Droit. Comment peut-il y avoir un bac à recyclage à cet endroit ? C'est un champ, sur ce bord de la route. Selon moi, il y a de l'aveuglement volontaire là-dedans. C'est ce qui est arrivé. »

L'accident est survenu près de l'intersection de la... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit) - image 2.0

Agrandir

L'accident est survenu près de l'intersection de la montée de la Source et du chemin Cardinal.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Avant l'impact, un automobiliste a fait des appels de phares pour avertir les autres de la présence de la jeune femme dans la rue. « Il me semble, dit Mme Lajoie, que celui qui l'a frappée devait être conscient du danger. »

La mère éplorée a des propos durs envers la magistrate, qui ne s'est pas dite convaincue, hors de tout doute raisonnable, de l'intention criminelle de M. Mailloux de quitter la scène après l'impact. « La juge a joué à l'autruche. »

La juge a expliqué, dans sa décision, qu'il s'agissait d'un triste accident.

Mme Lajoie en a contre la configuration de cette intersection de la route 307. « C'est mal éclairé, ça roule vite, il n'y a pas d'abris pour ceux qui attendent l'autobus (ce que sa fille, étudiante au Cégep de l'Outaouais, faisait avant d'être happée). On dirait que la Ville de Cantley préfère construire le petit centre d'achats à côté avant d'améliorer la sécurité sur la route. »

Elle appuie toute mesure d'atténuation de la vitesse à cette intersection, comme un feu de circulation ou un carrefour giratoire. « Tout ce que j'espère, c'est que Cantley réagisse. »

Mauvais sentiment

La mère de Maryse a assisté au procès de M. Mailloux. « La dernière journée, en janvier, je savais que la juge allait l'acquitter. Elle interrompait le procureur de la Couronne, et a rappelé que l'homme n'avait pas d'antécédent judiciaire. De toute façon, qu'il soit coupable ou pas, cela ne me ramènera jamais ma fille. Lui (l'accusé) doit vivre avec ses remords. Seulement lui sait s'il le savait vraiment, qu'il avait frappé Maryse. »

Après l'impact, M. Mailloux ne s'est pas arrêté. C'est en revenant de sa journée de travail qu'il a entendu à la radio que la police recherchait son camion, impliqué dans l'accident mortel. Il a aussitôt fait le 911.

« Il sait qu'il a traîné quelque chose », poursuit Mme Lajoie.

Maryse avait un frère, Mathieu, aujourd'hui âgé de 26 ans, et une soeur, Claudine, qui a 18 ans,

« C'est difficile pour tout le monde, rajoute la mère. Maryse était le 'ti-rayon' de la famille, la plus réfléchie. »

D'ailleurs, la photo de sa fille, largement véhiculée dans les médias, est celle qui la représente le mieux, croit la mère. On y voit Maryse, portant de grosses lunettes rondes sur la tête, et faisant un signe de paix.

La famille survivante « se tient beaucoup », précise Manon Lajoie. Son conjoint Philippe est aussi avec elle.

« Et Maryse est toujours avec moi. »

Travaux à Cantley

Des travaux de construction affecteront la circulation pendant un mois sur la route 307 à Cantley, à la hauteur de la rue du Cardinal. Selon le ministère des Transports du Québec, il s'agit de travaux de réaménagement de l'intersection qui seront effectués par le promoteur dans le cadre de la construction d'un centre commercial. Les travaux, dont la nature exacte n'a pas été révélée, commenceront le 13 février et occasionneront des entraves à la circulation entre 9 h et 15 h, du lundi au vendredi. Pendant les opérations, une voie sera fermée et la circulation se fera en alternance à l'aide de signaleurs. La limite de vitesse permise sera de 50 km/h. Les travaux devraient être terminés vers le 13 mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer