Visites interdites à la piscine pour un prêtre pédophile

L'ex-prêtre Jacques Faucher a été reconnu coupable de six... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

L'ex-prêtre Jacques Faucher a été reconnu coupable de six des 14 chefs d'accusations portées contre lui, à Ottawa, en mars dernier.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le prêtre pédophile à la retraite Jacques Faucher, coupable de grossière indécence et d'attentat à la pudeur à Ottawa, est de retour devant la justice, cette fois à Gatineau, pour avoir fréquenté illégalement une piscine où des jeunes de 16 ans pouvaient se trouver.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales en Outaouais a déposé une accusation de non-respect d'engagement de la cour. L'homme a plaidé coupable, mercredi.

Entre le 24 novembre 2015 et le 22 décembre 2016, le prêtre retraité a visité à 96 reprises la piscine du Centre Paul-Pelletier, à Aylmer.

Autorisé à faire de l'exercice, il pouvait aller nager, mais seulement dans les plages horaires réservées aux adultes.

Mercredi, il a avoué à la cour avoir contrevenu à cet engagement, puisqu'il s'y rendait lors des bains libres mixtes, alors que des jeunes étaient aussi admis.

Cette condition de la cour avait été contractée devant un juge ontarien, alors qu'il se trouvait en liberté provisoire, en attendant la fin de son procès à Ottawa.

Le religieux retraité a été reconnu coupable de six des 14 chefs d'accusations portées contre lui, à Ottawa, en mars dernier.

Aujourd'hui âgé de 80 ans, celui qui a été ordonné prêtre en 1960 a fait trois victimes entre 1969 et 1974. Les enfants de 9,10 et 11 ans étaient enfants de choeur de l'ex-paroisse Notre-Dame-des-Anges, à Ottawa.

Selon la preuve, l'homme attirait les enfants chez lui, pour écouter le hockey, regarder sa collection de timbres ou prier.

Il profitait de l'occasion pour leur flatter le dos, ce qui provoquait chez lui une érection et une éjaculation dans son pantalon.

Les responsables du centre aquatique ont pu constater les 96 entrées grâce à leur système de puce magnétique reliée aux membres.

M. Faucher a dit, mercredi, qu'il ne voyait que des « têtes grises » lorsqu'il allait nager. Le résident de Gatineau, a reçu une peine de 40 jours de prison. 

Il lui en reste 12 à purger. 

La sentence dans le dossier d'Ottawa n'a pas encore été rendue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer