Cinq ans pour avoir tué son bambin

Daniel Lefebvre... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Daniel Lefebvre

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La juge Rosemarie Millar a entériné la proposition commune de cinq ans de pénitencier à imposer à Daniel Lefebvre, pour l'homicide involontaire de son bébé en juillet 2015.

Le père avait 25 ans lorsqu'il a secoué et battu son enfant de deux mois, sous le coup de la rage et devant son impuissance à le faire cesser de pleurer, à son ancienne résidence de Thurso.

La défense et la Couronne avaient proposé cette peine de façon conjointe, lundi dernier, alors que l'accusé a plaidé coupable.

La juge Millar, qui a pris le dossier en délibéré, a rendu sa décision vendredi.

Selon les faits reconnus par le ministère public et l'accusé, ce dernier a, « dans un élan d'impatience et de frustration », secoué sa fille en pleurs, le 15 juillet 2015. La petite victime est décédée à l'hôpital quelques jours plus tard, des suites de lésions au cerveau. Lorsqu'il a constaté l'état inquiétant de sa fille, dans les minutes suivant le drame, le père avait immédiatement prévenu la mère, et composé le 9-1-1.

Le père a démontré une détresse et des remords à la suite de ce décès. La juge a retenu l'état de vulnérabilité de la victime, parmi les facteurs aggravants.

M. Lefebvre était en liberté provisoire en attendant de connaître son sort. Il a pris le chemin des cellules, vendredi, au palais de justice de Gatineau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer