Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les faits divers du jour, en quelques mots.

Un 40 onces de Whisky sur la 105

Un Écossais a été arrêté cette fin de semaine, avec une bouteille de 40 onces de Whisky entre les jambes, au volant de son véhicule, près de Wakefield. La police de la MRC des Collines l'a intercepté alors que le conducteur dépassait de trois fois la limite permise d'alcool dans le sang. Et le taux augmentait toujours au moment de lui faire subir l'alcootest.

Robert John Cleland a comparu à Gatineau, lundi. L'homme de 69 ans a plaidé coupable de conduite avec les capacités affaiblies par l'alcool, avant d'être libéré. Il devra payer une amende de 3 000 $ d'ici dix mois. Il s'est aussi vu imposer une interdiction de conduire d'un an, au Canada. Dimanche, les forces de l'ordre ont pu compter sur la vigilance et la coopération d'un conducteur alerte, sur la route 105, à Chelsea. Ce témoin a aperçu le chauffard dans le secteur de Tulip Valley, zigzagant sur la route 105.

« Il a failli provoquer un face à face à ce moment », raconte le sergent Martin Fournel, de la police de la MRC des Collines. Le témoin a fait demi-tour pour le suivre, et a alerté les policiers. Dans les zones de 70 et de 90 km/h, l'Écossais passait de 40 à 120 km/h, roulant de gauche à droite. Il a été intercepté par les policiers dans le secteur Farm Point, près du marché IGA. L'homme conduisait avec une bouteille de Whisky entre les jambes. Des 40 onces que contenait la bouteille d'alcool, il n'en restait qu'une ou deux gorgées, indique le sergent Fournel. L'homme devait décoller lundi soir, vers l'Écosse.

Son permis et une accusation dans la même journée

Un jeune conducteur qui venait tout juste d'obtenir son permis de conduire probatoire risque d'être accusé de conduite dangereuse causant des lésions après avoir été impliqué dans une collision dans la même journée.

Le conducteur d'âge mineur a pris le volant avec quatre amis, vendredi dernier, pour une balade dans les environs de Lochaber Ouest, dans la Petite-Nation. Il aurait provoqué une collision en effectuant un virage, à l'intersection de la montée Bernt et de la route 148, vers 16 h.

Selon la Sûreté du Québec, le jeune homme avait effectué quelques dépassements sur la 148 avant de tourner rapidement sur la montée Bernt. C'est à ce moment qu'il a percuté la voiture d'une femme dans la cinquantaine. Celle-ci, souffrant de blessures graves, a été transportée à l'hôpital. L'adolescent doit se présenter en cour le 27 mars prochain.

Père-grand-père: son avocat le poursuit

Le père grand-père de Val-des-Monts, reconnu coupable d'inceste et d'agression sexuelle sur deux de ses filles, la semaine dernière, est maintenant poursuivi aux petites créances par un de ses anciens avocats.

Me Marino Mendo exige un peu plus de 3000 $ en honoraires de la part du père incestueux. Arrêté en 2014, l'agresseur sexuel Jacques Roger Lesage a changé d'avocat à de nombreuses reprises, au début des procédures. Me Mendo, un des avocats ayant travaillé à son dossier au tout début, n'a pas été payé pour le travail exécuté.

Lors du procès, qui a eu lieu ces deux dernières semaines, M. Lesage était représenté par les avocats Jacky-Eric Salvant et Antonio Cabral. Par ailleurs, les deux procureurs de la défense doivent revenir en cour ce mardi, pour les représentations sur la peine.

Une école de Chénéville évacuée

Une surchauffe dans le système de chauffage de l'école primaire Adrien-Guillaume, à Chénéville, a forcé l'évacuation des élèves et des membres de l'établissement, lundi matin. L'incident est survenu vers 8h51.

Les élèves et les employés de l'école ont été évacués et redirigés vers le gymnase municipal situé en face de l'établissement, en attendant que des spécialistes fassent des vérifications. Finalement, la situation est rentrée dans l'ordre et les gens ont pu réintégrer l'école vers 11h05, lorsque tout danger a été écarté, a fait savoir la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées.

Ismaël Habib: les avocats débattent de l'admissibilité de ses déclarations

Dans le dossier d'un Québécois accusé d'avoir tenté de quitter le pays pour participer à des activités d'un groupe terroriste, les avocats débattaient, lundi, de l'admissibilité de ses déclarations à la police.

Ismaël Habib subit son procès pour des accusations liées au terrorisme parce qu'il aurait voulu aller combattre aux côtés de Daech (le groupe armé État islamique) en Syrie. Il est aussi accusé d'avoir fourni de fausses informations en vue d'obtenir un passeport.

L'avocat de la défense Charles Montpetit plaide que les déclarations de son client faites auprès de policiers infiltrés devraient être inadmissibles parce qu'elles ont été obtenues dans une opération de type «Mr. Big».

Dans de tels cas, les policiers se présentent comme des criminels pour soutirer des aveux relativement à des crimes sérieux comme des meurtres.

Dans le scénario présenté lors du procès, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) tentait d'entraîner M. Habib dans une organisation criminelle fictive spécialisée dans la contrefaçon de passeports et la traite de personnes.

Me Montpetit argue que M. Habib a dit à la police ce qu'elle voulait entendre alors qu'il voulait éperdument recevoir ses documents de voyage pour aller voir sa famille à l'étranger. La Couronne soutient de son côté qu'il ne s'agit pas d'une opération de type «Mr. Big» puisque les agents voulaient simplement déceler les réelles intentions de l'accusé.

La Cour suprême du Canada a statué en 2014 que les opérations de type «Mr. Big» tendent à produire des preuves peu fiables en raison des menaces et que celles-ci ne sont admissibles que selon certaines directives strictes.

Le procès en tant que tel devrait recommencer en mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer