Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les faits divers du jour, en quelques mots.

Une énième collision sur le corridor du Rapibus

Un automobiliste de 74 ans a été blessé mardi en début de soirée à la suite d'une collision entre une voiture et un autobus de la STO survenue sur le corridor du Rapibus, à l'intersection du boulevard Maloney Ouest et de la montée Paiement.

L'accident est survenu peu après 18 h 10 lorsque le conducteur d'une Hyundai Elantra aurait commis une erreur d'inattention en effectuant un virage à droite alors que la signalisation le lui interdisait. Malgré un freinage, le chauffeur d'un autobus qui filait en direction est n'a alors pu éviter le véhicule, le happant sur la porte du côté conducteur.

Transporté à l'hôpital de Hull pour y soigner des blessures ne mettant pas sa vie en danger, l'automobiliste qui réside à Sherbrooke recevra un constat d'infraction pour sa manoeuvre imprudente. Quant au chauffeur et à la dizaine de passagers de l'autobus, ils s'en sortent indemnes.

Évacuation à Aylmer

Les policiers ont érigé un périmètre de sécurité... (Etienne Ranger, Le Droit) - image 4.0

Agrandir

Les policiers ont érigé un périmètre de sécurité autour du 358 Chemin d'Aylmer.

Etienne Ranger, Le Droit

Des immeubles du chemin d'Aylmer, à Gatineau, ont été évacués pendant quelques heures mardi après que la police de Gatineau ait reçu un appel concernant un colis suspect. Une alerte qui s'est finalement avérée non fondée.

Les policiers avaient érigé un périmètre de sécurité autour du 358 Chemin d'Aylmer, dans lequel un objet suspect possiblement explosif avait été signalé. Or, il s'agissait finalement d'un objet militaire inerte. 

Par mesure de précaution, l'édifice du 362 chemin d'Aylmer avait également été évacué. 

Jusqu'en fin d'après-midi, le chemin d'Aylmer a dû être fermé à la circulation dans les deux directions entre les rues Fraser et Cochrane.

Les résidents des deux bâtiments ont pu regagner leur domicile en fin de journée et l'intervention des techniciens en explosifs de la Sûreté du Québec n'a finalement pas été nécessaire. Les services d'urgence ont quitté les lieux vers 17 h 30.

Une mère tirée de force de sa résidence

Une femme a été forcée de suivre un homme à la pointe d'une arme à feu, abandonnant ses enfants chez elle et pour faire un retrait dans un guichet automatique, à Ottawa.

La police d'Ottawa veut mettre la main au collet du malfaiteur qui a sévi le 30 décembre dernier, dans une résidence du cercle Longshire.

Il était 1h20 lorsque l'homme a appréhendé la femme, chez elle. Il semble que le criminel a approché sa victime, en haut de ses escaliers, et pointé son arme vers elle. L'homme lui a ordonné de le suivre à la banque et de faire un retrait dans un guichet automatique.

La victime a dû conduire son agresseur et lui remettre son argent. Elle est ensuite revenue à sa résidence, avant que le suspect ne prenne la fuite sur l'avenue Avonhurst.

Personne n'a été blessé, mais la dame n'a eu d'autre choix que de laisser ses enfants à eux-mêmes, le temps qu'elle revienne chez elle. Ceux-ci ne se sont rendu compte de rien.

L'homme est de race blanche, mesure environ 5 pieds et 9 pouces, et est âgé de 30 à 40 ans. Sa voix était grave, il sentait mauvais, et sa respiration semblait être difficile.

Deux arrestations, un dispensaire illégal de marijuana fermé

Deux personnes ont été arrêtées par le Service de police d'Ottawa vendredi dernier pour avoir exploité un dispensaire illicite de marijuana au 274, chemin Montréal.

Les autorités ont entre autres saisi sur les lieux de la marijuana, un concentré, des pilules ainsi que des bonbons gommeux contenant du THC, des balances, des téléphones cellulaires et de l'argent comptant.

L'identité de l'homme et de la femme ne sera pas divulguée afin de ne pas compremettre l'intégrité de l'enquête policière.

Ceux-ci sont accusés de trafic de stupéfiants, possession de stupéfiants et possession de biens criminellement obtenus.

La police rappelle que les dispensaires publics de marijuana sont illégaux et aucunement associés à la marijuana thérapeutique légale.

Elle ajoute que des enquêtes portant sur de tels comptoirs illicites vont continuer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer